Mons

Le coup d’envoi de la campagne de recrutement a été lancé à Mons

Le 30 août dernier, Infrabel, le gestionnaire du réseau ferroviaire, lançait pour la première fois de son histoire une vaste campagne de recrutement aux quatre coins du pays. C’est à Mons, jeudi, que le CEO d’Infrabel, le ministre de la Mobilité François Belot et le bourgmestre Elio Di Rupo ont appuyé sur le buzzer pour lancer le compte à rebours. À la fin 2020, Infrabel prévoit en effet d’engager près de 1.400 nouveaux collaborateurs pour rejoindre ses bases. En Hainaut, ce sont 88 personnes qui sont recherchées.

En Hainaut, près de 2.000 personnes grossissent les rangs d’Infrabel dont 50 % sont chargés des infrastructures. Ce recrutement géant a pour but de dégoter du personnel motivé à qui Infrabel pourrait promettre un travail de qualité, une formation continue et une rémunération digne en ses temps difficiles pour l’emploi. Le gestionnaire du réseau ferroviaire sait comment se vendre ! Lors du lancement de la campagne, quelque 1.300 personnes ont manifesté leur intérêt en 24 heures.

Revenons aux collaborateurs recherchés. Les profils sont variés mais ciblent quand même les métiers techniques qualifiés. Il est ici question d’électromécaniciens, d’électriciens, de soudeurs, de diplômés des différents métiers du bâtiment et encore des ingénieurs. Parallèlement à ces profils, Infrabel souhait aussi recruter massivement des personnes qui seront formées en interne, tel que le personnel amené à gérer le trafic au sein des cabines de signalisation.

Et comme il n’existe pas en Belgique de filière scolaire propre aux métiers du rail, les formations seront organisées par Infrabel un peu partout dans le pays. L’idée est à terme soit fin 2020 de rassembler ces formations dans “l’Infrabel Academy”.

Dans l’immédiat, les Job Days sont prévus à Mons les 21 et 22 septembre. Le concept n’a pas pris une ride : un jour/un contrat. Avant cela, les personnes intéressées doivent s’inscrire sur internet via www.infrabel.be/WeNeedYou.