Mons

Les 250 figurants du Levant sont pris pour le premier film du Montois Mik Colignon

Ce ne sera finalement pas Stéphane Pauwels qui sera l’acteur principal de “Marguerite”, le premier film du réalisateur montois, Mik Colignon. Le rôle masculin de cette comédie, dont 85 % des futures recettes seront reversés au FNRS, est attribué à Vincent Lagaf’, animateur français. “Il vient de me donner son accord”, confie Mik Colignon, époustouflé par le dynamisme que suscite son projet unique en Europe. “Vincent a lu le projet. Ce film, il nous a dit, c’est un cadeau ! Le projet était fantastique, la cause l’est aussi et il est super heureux de pouvoir venir dans la région incarner ce premier rôle.”

Marguerite, rappelez-vous, c’est cette comédie légère sur une fillette malade qui ne peut mettre le nez dehors. Nyl (jouée par Jade Rose Boulanger), petite fille de 10 ans est atteinte d’une maladie dite orpheline. Un remède a été trouvé mais la fillette refuse désormais de s’alimenter. Vincent (joué par Vincent Lagaf’), hospitalisé contre son gré, décide d’aller rendre visite à Nyl en cachette. Ayant compris le souci, il s’engage dans une promesse et est suivi de tous les patients de l’hôpital. Rires garantis !

Le réalisateur montois ne s’arrête pas là dans son casting : “Je compte aussi sur la participation de Laurent de Funès, le petit-fils de Louis ! Il est extraordinaire, il a tout de son grand-père, c’est assez incroyable. Ce n’est pas encore signé mais il m’a déjà donné son accord.” Autres candidats ? “J’ai été contacté par l’agent d’Irka Bochenko (ex-James Bond Girl/Moonraker). Elle a entendu parler du film et veut y participer. Elle va venir des États-Unis pour me rencontrer et voir ce qu’il est possible de faire.”

D’autres comme les frères Borlée, Jean Barbera, les journalistes Jacques van den Biggelaar et Audrey Launens, le judoka belge Thomas Nikiforov, quelques Diables Rouges aussi (Hazard, Witsel, Courtois sont en discussion), Stéphane Metzger (RIS, série française), Jean-Claude Van Damme (en discussion) sont dans le pipeline de ce casting inédit.

Début juillet, 250 figurants ont participé au casting, organisé sur le site du Levant à Cuesmes. “Je les ai tous pris”, assène Mik Colignon. “Des gens venaient de la région mais aussi d’un peu partout : de Paris, d’Angleterre et de toute la Belgique. Il était impossible de choisir, chaque personne qui s’est déplacée venait pour rendre hommage à un membre de sa famille, à un proche.”

Certains lieux de tournage sont déjà ciblés. “Je vais essayer de tourner le plus possible dans la région parce que c’est la mienne et je veux la mettre en valeur.” Ainsi Epicura va rencontrer l’équipe, la majorité des scènes devraient donc être tournées dans une partie de ces hôpitaux dont celui d’Hornu. “Nous devrions aussi avoir un accord avec le home de la Dame à Ramillies et peut-être avec le tribunal de Mons.”

Le projet a été lancé en mai. Le FNRS a donné son feu vert fin juin. Le tournage début en octobre. “Je veux que ce film soit tourné assez rapidement afin qu’il sorte le plus vite possible et qu’il puisse vivre avant la soirée du Télévie, le 27 avril. Nous avons aussi rempli les documents pour le présenter à Cannes hors compétition et nous espérons pouvoir organiser des avant-premières partout en Belgique.”

Une date de sortie n’est pas encore arrêtée mais selon les pronostics, il serait diffusé en salle à la fin janvier/début février. Quoi qu’il arrive, Mik Colignon a la certitude que son premier bébé cinématographique naîtra à l’unisson. “Ce qui est beau, c’est le cœur que tout le monde met dans ce projet. C’est assez impressionnant, c’est une très belle aventure où tout le monde veut mettre sa pierre à à l’édifice.”