Mons

C’est l’accusation de “détournement de fonds publics” qui fait rugir le Dr Bouillon

Le député wallon Patrick Prévot (PS) est-il allé trop loin en qualifiant le mobile-home médical Lagardère “d’argent public détourné” par le Dr David Bouillon dans le cadre de son projet en faveur des plus démunis ? C’est ce qu’affirme le Dr Bouillon en compagnie d’un avocat ce mardi “preuves à l’appui”. Il entend réclamer réparation.

Pour rappel, la semaine dernière par le biais d’une interpellation parlementaire, le député Prévot sollicitait la ministre Gréoli (cdH), puis le ministre Crucke (MR), sur ce mobile-home médical qui “semble servir de support électoral à la liste Mons en Mieux.” Des affiches électorales mais aussi un slogan détourné “Santé en mieux” arboraient le véhicule d’intervention, acquis sur fonds privés en janvier 2018 par l’épouse (et infirmière) du Dr Bouillon.

© DR

Si le député wallon a ciblé un problème éthique majeur, il a aussi obtenu la confirmation de la ministre que ledit projet a reçu un soutien de 30.000 euros pour sa mise en œuvre dans le cadre d’une subvention facultative. “Mais ce n’est pas le véhicule qui est financé, c’est la démarche globale,”disait-elle.

En campagne électorale, le ton est monté. Prévot estime qu’il s’agit d’un détournement d’argent public. Là où Bouillon contre-attaque en justifiant l’achat du véhicule par son épouse (et présidente de l’ASBL Train de la Solidarité) il y a de cela un an ainsi que par l’absence de versement de la subvention wallonne de 30.000 euros.

“C’est une attaque électorale sur base de fausses informations”, explique-t-il. “Je suis menacé de mort et sali, c’est une atteinte à la démocratie. Cette attitude destructrice a porté et continue de porter atteinte à ma réputation personnelle et professionnelle ainsi qu’à mes combats pour sauver des vies. Je n’ai pas attendu d’avoir un subside pour mettre en place le Lagardère.”

Bouillon, appuyé par son conseil, annonce ce mardi qu’une plainte est déposée auprès d’un juge d’instruction de Mons avec constitution de partie civile pour calomnie et diffamation contre le député Patrick Prévot, qui rappelons-le bénéficie de l’immunité parlementaire.

Qu'en bien même, ce dernier n'en démord pas.

“Je ne retire rien du tout. Cette plainte est folklorique mais cela ne me fait ni chaud ni froid, c’est un écran de fumée. Si c’est une tentative de pression et d’intimidation, elle est ratée !”

Sur le fond du dossier, il ne retire rien non plus ?Le principe de précaution s’applique à partir du moment où il y a une promesse ferme d’octroi d’un subside public dont monsieur Bouillon a fait la publicité sur Facebook en brandissant un courrier de la ministre Gréoli. Quand on veut être le garant de cette transparence, de cette éthique, on ne transforme pas son activité, aussi louable soit elle en caravane publicitaire. Son comportement reste éthiquement très discutable, très borderline et le fonctionnement général reste très critiquable sur le plan juridique.”

Enfin le 8 octobre, l’ASBL a obtenu 70 % dudit subside soit 21.000 euros. À quoi vont-ils dès lors servir ? “Des frais de fonctionnement au projet global dont le Lagardère c’est-à-dire par exemple l’achat d’essence et de matériel médical,” répond Bouillon.

Notons que ce mardi, le Lagardère ne présentait cette fois plus d’affiche électorale.