Mons

Plus d'un an après les faits, il est finalement passé aux aveux

Le 22 mai 2017, le corps de Christiane Compère était retrouvé sans vie à son domicile, situé rue Terre du Prince à Mons. La victime, âgée de 67 ans, était revenue de vacances la veille. Rapidement, l’intervention d’un tiers dans ce drame avait été suspectée et confirmée par l’autopsie et les constatations des médecins légistes en charge du dossier.

En l’absence de témoins et de traces exploitables, l’enquête s’annonçait toutefois difficile. La section crime de la Police Judiciaire Fédérale (PJF) de Mons-Tournai n’a pas pour autant baisser les bras et a poursuivi son enquête de manière minutieuse. Si bien qu’elle est finalement parvenue à identifier un suspect en la personne du fils de la victime.

Ce vendredi, le procureur du roi de Mons, en accord avec le juge d’instruction en charge de l’affaire, confirme que le fils est passé aux aveux. Il a été inculpé de parricide par la juge d’instruction Lonfils, placé sous mandat d’arrêt et écroué à la prison de Mons ce premier août 2018. Le parquet de Mons ne s’est par contre pas prononcé sur les raisons qui ont poussé ce fils à commettre l’irréparable.