Mons

Ces derniers présentent dans une brochure quelques-unes de leurs réalisations

À l'approche de l'échéance électorale, prévue le 14 octobre prochain, l'heure est au bilan pour les majorités actuellement en place. À Mons, les socialistes ont dressé « un aperçu du travail réalisé par les conseillers communaux socialistes au cours de cette législature qui a vu Mons devenir Capitale européenne de la culture. »

Un bilan jugé satisfaisant par ceux-ci… Quoi qu'en dise l'opposition. « Malgré une situation budgétaire difficile, le collège et le conseil communal que j'ai présidé ont œuvré au mieux pour améliorer le quotidien des citoyens. Certes, tout n'est pas parfait mais un effort significatif a été réalisé en matière de sécurité, de propreté, de cohésion sociale, d'enseignement, de service à la population, de sport ou de culture », résume Elio Di Rupo.

Chiffres à l'appui, l'actuel bourgmestre a rappelé que près de 4000 nouveaux emplois avaient été créés entre 2012 et 2017 et que le nombre de demandeurs d'emploi avait diminué de 20 % entre 2012 et 2018. En matière de commerce, le PS précise qu'en deux ans, « le nombre de cellules vides a diminué de moitié » dans le piétonnier et que le redéploiement du centre-ville est bel et bien lancé.

Question sécurité, la ville de Mons a contribué, sous cette mandature, à « plus de 20 % du financement de la zone de secours Hainaut-Centre » (soit 6,6 millions d'euros), installé des caméras dans le Grand-Mons, augmenté les effectifs au niveau de la police et des gardiens de la paix et poursuivi ses efforts en matière de sécurité routière, avec notamment la pose de radars préventifs et la sécurisation des passages piétons et des pistes cyclables.

Des pistes cyclables qui sont plus nombreuses, et pour cause : le budget consacré à la mobilité douce est en augmentation (800.000 euros en 2018). Les socialistes se félicitent également d'avoir misé sur davantage de propreté (retour du ramassage des encombrants, effectifs plus nombreux), sur l'éducation (nombreux travaux dans les écoles, distribution de repas sains issus de l'agriculture biologique et locale), sur la cohésion sociale (petite-enfance, jeunesse, aînés, aide alimentaire et santé).

Enfin, le sport, la culture, le développement durable et la participation citoyenne ont été renforcés ou développés et ont bénéficié de différentes enveloppes, plus ou moins importantes, tout comme les travaux. « En six ans, c'est une incroyable métamorphose de la ville à laquelle nous avons assisté. Et nous ne nous sommes pas arrêtés au centre-ville, tout le Grand-Mons en a profité », a encore souligné Elio Di Rupo. De son côté, Nicolas Martin a réaffirmé l'intention des socialistes de poursuivre le travail initié « dans un esprit positif et constructif » au bénéfice de la population.