Mons Le jeu des chaises musicales s’opère au sein des neuf intercommunales de l’arrondissement

À l’instar de la future présidence de l’hôpital public, le CHUP Ambroise Paré, le nom du nouveau patron de l’intercommunale de développement économique et de l’aménagement du territoire (Idea) s’est fait attendre. La présidence revenait, suite aux élections de 2012, à un socialiste montois. Lequel ? Les jeux étaient ouverts avec pas mal de candidats sur la balle. C’est finalement l’actuel échevin Marc Darville (PS) qui a remporté cette partie.

Bien que les différentes familles politiques ne soient pas très emballées de déséquilibrer les instances décisionnelles au sein des structures publiques, le décret "Gouvernance et transparence" du gouvernement wallon ne leur a pas vraiment laissé le choix. L’arrondissement de Mons-Borinage compte pas moins de neuf intercommunales sur son territoire. La purge, en pleine période de composition des listes électorales et en sortie de mandature, ne fait évidemment pas que des heureux.

Le jeu des chaises musicales s’est accéléré ces dernières semaines et tend à toucher à sa fin. Enfin, le tout doit encore passer devant les différents conseils communaux. Car le décret doit être appliqué au 1er juillet et prévoit notamment de réduire le nombre d’administrateurs, de limiter les émoluments et les incompatibilités.

Ainsi, l’échevin de la Régie foncière, des Sports, de l’Emploi, de l’Informatique et de la Mobilité, Marc Darville, se voit chargé de mener le navire de l’une des deux plus conséquentes intercommunales de l’arrondissement, à savoir l’Idea. Son prédécesseur, Marc Barvais (PS), également président de CPAS à Mons, a en effet accepté de reprendre la tête de l’hôpital Ambroise Paré. Car là aussi ça bouge, vu que la présidente sortante Joëlle Kapompolé (PS) est aussi députée wallonne. Et que, selon le nouveau décret, elle ne peut porter les deux casquettes.

"Pour le moment, je suis le candidat présenté par mon parti politique," confirme prudemment Marc Darville. "Je suis honoré de la confiance qu’il me fait. C’est une fonction excessivement importante avec des dossiers très techniques. Il y a une gestion importante réalisée en binôme avec la directrice générale qui est d’une très grande qualité. J’espère que je serai à la hauteur. Ce sera un réel plaisir, c’est très agréable pour moi de m’y investir, même si ce n’est que pour un an. J’y mettrai le meilleur de moi-même pour être à la hauteur de ces nouvelles fonctions. C’est un nouveau challenge, ce qui est toujours excessivement sympathique."

Au niveau du nombre d’administrateurs à l’Idea, le régime est aussi décrété. De 30, ils passeront à 20, dont 17 seront des élus actuels. Notons aussi qu’il ne restera plus qu’un seul vice-président, qui ne peut être du même parti que celui du président. À l’Idea, Bénédicte Poll (MR) devrait conserver son poste, pas Vincent Loiseau (CDH).

Statu quo au Centre de santé: Le 25 juin, les administrateurs sont convoqués pour une séance extraordinaire. Au niveau des changements majeurs, on notera une modification au niveau de la présidence (Jean-Paul Deplus) ou de la vice-présidence (Jérôme Manderlier). La présidence doit rester à un élu PS de Mons. La vice-présidence devrait donc basculer dans les rangs MR. Le nombre d’administrateurs restera à douze, dont deux observateurs. Le centre de santé est notamment chargé d’organiser les visites médicales pour les élèves de l’arrondissement.

Barvais reste à IMIO: Intercommunale de mutualisation informatique et organisationnelle (Imio) se voit aussi opérer une réduction de ses administrateurs. Ils étaient trente, ils passeront à vingt. Ceux-ci perçoivent des jetons en fonction de leur présence effective. Marc Barvais (PS) en garde la présidence. Un changement va s’opérer du côté de la vice-présidence qui était tenue par un élu CDH mais qui sera cette fois confiée à un élu MR. Enfin, les administrateurs sont payés au jeton barémique en fonction de leur présence effective.

Irsia, l'équilibre conservé: Daniel Olivier (PS), bourgmestre mais aussi président de l’Irsia, devrait conserver sa double casquette. Le comité de direction de l’intercommunale du réseau social d’insertion et d’accueil va compter un membre de moins, passant de cinq à quatre personnes. Au niveau des administrateurs, il reste au nombre de quinze. "Je ne présiderai cependant pas le comité de rémunération, ni celui d’audit,"précise Daniel Olivier, qui regrette en outre le timing pour opérer ces changements.

Bois d'Havré, 5 administrateurs de moins: Le président de l’intercommunale du Bois d’Havré (gestion forestière) est Samy Kayembé (PS) et devrait le rester. Son vice-président, Marc Darville (PS), va remettre son poste. Au total, sur les douze administrateurs, il n’en restera plus que sept. "C’est une intercommunale un peu particulière, sa composition est assez complexe", rappelle Marc Darville. "Il y a la Province de Hainaut, les Villes de Mons et Le Roeulx, la Région wallonne et l’État fédéral. Il ne restera donc que trois élus PS de Mons à désigner et un représentant de chaque organe."