Mons

Des modules de gymnastique et de fitness y sont installés. Et c'est gratuit !

Rendre le sport accessible à tous et développer une politique sportive de qualité, telles sont les principales missions de l'ASBL Monsports. La première aire de sport en plein air proposant des modules de street-workout et des appareils de fitness vient d'être créée sur le territoire montois. Aménagée sur un espace de 27 mètres de long pour 18 mètres de large, cette zone est située en face de l’entrée principale de la piscine Lago, en plein cœur du site du Grand Large.

"Les travaux ont duré une semaine et se sont terminés vendredi dernier, rendant l’aire opérationnelle et accessible aux visiteurs tout le week-end," a indiqué l'ASBL.Cette discipline mélange la gymnastique et la musculation. Concrètement, l’aire de fitness est composée d'une station de huit poteaux reliés par des espaliers et des barres de traction et un ensemble de trois barres parallèles. Autour de cet espace de 12 mètres sur 6 gravitent six appareils de fitness.

On retrouve ainsi "Waistline & Step", un appareil spécifique pour un travail des obliques et des lombaires d’une part et un renforcement des quadriceps et des muscles-fessiers d’autre part. L'éternel pédalier, le rameur, le Flywheel, l'Abs Board (double bancs incliné pour exercices d’abdominaux) et le Nordic Walker (appareil de marche nordique générant une amélioration (cardiovasculaire) de la condition physique).

Les modules de fitness sont accessibles à de nombreux profils, débutants comme aguerris, avec un appareil spécialement conçu pour les personnes à mobilité réduite. Pour une question de sécurité, l’utilisation de ces appareils est néanmoins proscrite aux personnes mesurant moins d’1m40. Leur usage est bien entendu gratuit et libre d’accès.
Notons que la concrétisation de ce premier projet en appellera d’autres. Sous l’impulsion du président de Monsports Pascal Lafosse (PS), différents lieux sont actuellement à l’étude pour accueillir d’autres aires de sport extérieur, l’objectif étant d’en voir apparaître à d’autres endroits. Actuellement, huit sites montois ont été retenus.