Mons

Une mésentente au sein des administrateurs du club qui gère l'événement ainsi que la nouvelle loi européenne sont les raisons majeures invoquées

C'est à nouveau la grande inquiétude du côté des amateurs de blindés ! Un conseil d'administration extraordinaire du Royal Mons Auto Moto Club, ASBL qui gère l'événement Tanks in Town à Mons, vient d'annoncer une nouvelle fracassante : l'édition 2018 est annulée ! L'édition devait se dérouler du 31 août au 2 septembre à Mons.

"Cette réunion était indispensable pour informer les administrateurs de leurs responsabilités, suite aux dissensions qui les opposent. Au terme de ce conseil d'administration, il a été décidé de ne pas organiser le Tanks In Town 2018", annonce Charles-Olivier Descamps, président du Royal Mons Auto Moto Club.

Plusieurs raisons sont stipulées : "Nos blindés ne répondent pas aux lois belges et au décret européen sur la neutralisation et la démilitarisation des armes véhiculées. Les blindés étrangers ne peuvent participer sur le sol belge." Les véhicules blindés de la Seconde Guerre mondiale déferlent en effet dans la Cité du Doudou. Car Tanks in Town célèbre la libération de Mons en 1944 par le 83e Bataillon de Reconnaissance de la 3e Division Blindée U.S. L’événement jouissant d’une renommée internationale attire les visiteurs par dizaines de milliers

Ajoutons à cela la bisbrouille entre administrateurs... "La mésentente entre un administrateur et la plupart des autres ainsi que le désistement de plusieurs bénévoles ne permettent pas d’organiser sereinement et avec sécurité cet événement et c’est bien dommage", précise toujours le président.

Enfin, des questions juridiques sont aussi invoquées. "Si les véhicules sont sortis du hangar chaque administrateur est responsable et est passible d’emprisonnement et d’amende."

Quelques irréductibles dont Pierre Deghaye (de la section véhicules militaires) pourraient créer une nouvelle ASBL en vue de poursuivre l'organisation de l'événement. “Nous sommes face à un imbroglio juridique belge !”, constate-t-il. “La démilitarisation officielle par le banc d’épreuve s’impose et est obligatoire. Le projet de loi a été adopté par la Chambre et doit incessamment être publié au moniteur. Tanks in Town était sauvé…. mais le CA du club a jugé plus prudent de s’abstenir de s’engager dans une manifestation sujette à l’application d’une loi anti-terroriste. Je comprends la position de prudence

Et de conclure : “Le RMAMC n’a pas tenu compte de l’avance juridique et a annulé un peu prématurément, sans prévenir les autorités montoises, de leur décision d’annuler plus importante manifestation de devoir de mémoire européenne.”

Car oui, une nouvelle ASBL va voir le jour : “Mons Devoir de Mémoire” et est chargée de la réalisation de Tanks in Town, même de l’édition 2018. Reste qu’à ce stade, ce n’est pas encore gagné.