Mons Le Bateau Ivre pourrait-il devenir un bar médiéval ? C’est le souhait d’un jeune Framerisois de 24 ans

À seulement 24 ans, Adrien Lejuste ne manque pas d’ambition. Depuis trois ans, il prépare le terrain afin de concrétiser son projet : ouvrir une taverne sur le thème du fantastique en plein cœur de Mons. Le jeune homme a jeté son dévolu sur un ancien bar situé à deux pas seulement de la Grand-Place, à l’angle du haut de la rue de Nimy et de la rue Neuve : le Bateau Ivre.

Passionné par l’univers médiéval, le Framerisois propose régulièrement des activités et démonstrations thématiques dans la cité du Doudou. "Mons est une ville de folklore et de fantaisie. Si quelques événements sont organisés pour nous permettre de vivre notre passion, il manque un lieu spécifiquement dédié à cet univers. Un lieu qui serait accessible tous les jours et non pas une ou deux fois par an", explique Adrien Lejuste.

Plus déterminé que jamais à réaliser son rêve, ce dernier vient de lancer une campagne de financement participatif sur la plateforme Ulule (fr.ulule.com/la-taverne-fantastique). "Ces derniers mois, le dossier a bien évolué. Je peux compter sur le soutien d’une brasserie pour m’aider à faire l’acquisition du Bateau Ivre. Je sais que la Ville de Mons s’est montrée intéressée par le bâtiment mais j’espère pouvoir faire une offre supérieure. Cet ancien bar a une véritable âme, c’est sans conteste le lieu idéal pour ouvrir le Médié’Bar, d’autant plus que je souhaite pouvoir y organiser quelques concerts."

Concrètement , la taverne devrait être un lieu de rassemblement fait de pierre, de bois et de lustres de fer, où les ambiances changeraient au fil des saisons et des thèmes. "Je n’ai pas le moindre doute sur la rentabilité du projet. L’argent reste le nerf de la guerre mais de nombreuses personnes ont déjà manifesté leur intérêt et sont prêtes à me soutenir. Des collaborations sont sur les rails, des contacts ont été pris afin d’obtenir des aides financières et, ce mardi, je plaiderai ma cause auprès d’une banque."

Grâce à son financement participatif, Adrien Lejuste espère récolter 10.000 euros. En un jour et demi, 390 euros ont déjà été promis. "Ce serait évidemment merveilleux d’atteindre cet objectif, voire même plus ! En fonction des travaux à entreprendre, je pourrais espérer une ouverture avant la fin de cette année." Et le jeune homme de prévenir : "Si ce n’est pas au Bateau Ivre, ce sera ailleurs. Le bâtiment est parfait mais il y en a d’autres à Mons. Je suis plus motivé que jamais, je ne baisserai pas les bras."