Mons Le chien n’a pas survécu. Son frère a eu plus de chance et s’en est sorti

Il y a encore quelques jours, Guizmo et Sirius, deux jack russel, faisaient la joie de Thierry Hekster et de sa famille. Aujourd’hui, cette dernière pleure la perte de Guizmo, lâchement empoisonné à l’aide d’une boulette de viande. Par qui ? C’est la question que la famille se pose aujourd’hui et à laquelle elle tente de trouver des réponses.

C’est après une balade matinale que l’épouse de Thierry Hekster s’est aperçue que ce dernier, alors dans le jardin familial, vomissait beaucoup. "Il tremblait énormément, il vomissait et bavait. J’ai tenté un massage cardiaque mais deux minutes plus tard, il était mort… J’ai contacté mon vétérinaire pour qu’il puisse être incinéré. 15 minutes plus tard, nous étions chez lui", explique le père de famille.

Jusque-là, l’hypothèse d’un problème cardiaque était privilégiée. Mais quelques minutes plus tard, alors qu’il venait de rejoindre son domicile, le couple s’est aperçu que le frère de Guizmo était également au plus mal. "Il allait énormément à la selle et c’était très liquide. Nous nous sommes inquiétés, j’ai rappelé le vétérinaire mais je ne pensais pas au pire… Jusqu’à ce qu’il vomisse et que je trouve une boulette de viande alors qu’il n’est nourri qu’aux croquettes."

Ni une ni deux, Thierry Hekster reprenait le volant pour aller chez le vétérinaire. "En quelques minutes seulement, son état s’est énormément dégradé, il ne tenait plus sur ses pattes. La vétérinaire lui a administré des produits pour fluidifier son sang, des antibiotiques et des vomitifs. Après environ quatre heures, il était à nouveau en forme."

Aujourd’hui, le Montois a bien quelques soupçons sur l’identité de l’empoisonneur mais n’a pas de preuves à apporter à la police, qui a été avertie des faits mais qui ne peut enregistrer une plainte contre X. "Plusieurs voisins ont perdu des chats de la même façon. Je pense que l’on peut clairement parler de ‘serial empoisonneur…’" Si Sirius ne sera plus jamais laissé sans surveillance, ces mesures ne seront pas suffisantes pour apaiser les craintes du couple et du voisinage qui redoutent un nouveau drame.