Mons L’ex-maïeur de Colfontaine se présentera bien aux élections à Mons

Il y a eu du rififi sur la présence ou non de l’ancien bourgmestre de Colfontaine, Patrick Piérart, sur la liste Mons en Mieux (MeM) de la cité du Doudou. Même l’intéressé a fait planer le "suspense". Reste qu’il devait s’acquitter d’une démarche administrative avant le 31 juillet pour prétendre se présenter aux électeurs le 14 octobre.

De fait, pour se présenter à un scrutin communal, chaque candidat doit effectivement être domicilié sur le territoire où il brigue un mandat. Or jusqu’à présent, Patrick Piérart a toujours été domicilié à Colfontaine. Il a bien fait une demande de domiciliation à l’administration de Mons mais les visites de l’agent de quartier n’avaient pas été fructueuses. Sa demande de domiciliation lui avait été refusée. Ça s’est joué à quelques jours, même si Patrick Piérart ne se disait pas inquiet.

C’est désormais chose faite ! "Oui, je suis officiellement domicilié à Mons", nous confirme Patrick Piérart. "Le changement a déjà été opéré sur la puce de ma carte d’identité. Plus rien ne s’oppose donc à ce que je sois candidat aux élections à Mons." Son changement d’adresse est acté à la date de la demande soit le 11 juillet. "Lors des deux premières visites, je n’étais pas présent puisque l’agent est passé un samedi vers midi alors que j’étais à une remise de prix à l’école et au Congrès de Mons en Mieux."

Le voilà donc 7e sur la liste MeM alors qu’il avait pourtant annoncé qu’il comptait raccrocher ses crampons après trente années mouvementées et controversées à Colfontaine, au PS mais aussi avec Défi. "Je ne suis pas à Mons dans un esprit de revanche vis-à-vis du PS", affirme celui qui a été écarté du PS il y a plus de dix ans. "Je ne suis vraiment pas là pour me disputer. Que du contraire, je veux faire une campagne positive et constructive pour l’avenir de Mons. La page est tournée à Colfontaine. C’est une certitude !"

Il n’empêche que la cité du Doudou est entre les mains des rouges depuis quelques décennies… "Le PS de Mons n’est pas le PS de Colfontaine. Je ne suis pas là pour me venger des socialistes de Colfontaine. Je ne suis pas un vieux revanchard. À Colfontaine, on n’avait plus besoin de moi, il n’y a pas d’ouverture, pas de possibilité. Et pour des raisons personnelles, une possibilité s’est offerte à Mons."

Il est donc prêt pour un nouveau défi ? "Plutôt un nouveau challenge où je peux mettre mon expérience au service des candidats de MeM", a-t-il conclu. Les Montois l’adopteront-ils ? Réponse le 14 octobre.