Mons

Du matériel électronique très coûteux a été dérobé.

C'est un mélange de tristesse et de colère qui anime actuellement la Maison des jeunes de Quiévrain, ses responsables et ses dizaines de jeunes. Dans la nuit de mardi à mercredi, le bâtiment situé à la rue de l'Abattoir a été visité par des cambrioleurs.

Après 22h30, des personnes se sont introduites dans la salle du centre d'animation ainsi qu'à l'accueil. "Ils ont forcé notre boîte à clés afin d’avoir accès à toutes les pièces et armoires", raconte l'un des responsables. "Ils ont finalement emporté notre Playstation (en prenant la peine de refermer l’armoire à clé), la télévision, quatre manettes, le PC portable (dans le bureau), plusieurs clés de la salle, la clé de la caisse (car ils ne l’ont pas trouvée)."

La police des Hauts-Pays s'est évidemment rendue sur place pour constater les effractions. Une enquête a été ouverte mais elle devrait être facilitée par la présence de multiples caméras de surveillance au sein de la Maison des Jeunes. Plusieurs nouvelles caméras venaient d'ailleurs d'être installées en début de semaine. "Le vol n'a pas encore été résolu mais nous visionnons actuellement toutes les images. Nous espérons pouvoir identifier les auteurs", précise Vanessa Lavallé, responsable de la Maison des Jeunes.

Les animateurs ont toutefois déjà leur petite idée. "Des jeunes avaient été appréhendés au moment de la fermeture de la MJ", témoigne un animateur. "Ils se cachaient dans la salle omnisports (ce n’était pas la première fois). Seraient-ils mêlés à tout ça ? S’ils ne le sont pas, qu’ils prennent conscience qu’ils pourraient se créer des ennuis et cessent une bonne fois leurs agissements."

Il ne s'agit pas du premier vol commis à cet endroit. C'est même le quatrième en l'espace de deux années. La Maison des Jeunes a déjà été victime du vol de la caisse des cautions des activités, de la camionnette du bureau, d’argent dans la caisse ou du GSM d’un animateur. Des actes de vandalisme ont également déjà été constatés : extincteurs vidés, boites aux lettres et cendriers pris défoncés.

© DR

© DR