Mons

Certaines d’entre elles sont pourtant clairement entretenues.

Depuis quelques mois déjà, certains habitants de l’entité de Saint-Ghislain ont pu constater l’apparition d’affichettes sur les sépultures de leurs proches disparus, mentionnant un défaut d’entretien et la possibilité pour l’administration communale de mettre fin à la concession pointée en cas de non réaction.

Le sujet, particulièrement sensible, a été abordé lors du dernier conseil communal. Selon Pascal Baurain (Osons !), certains citoyens ont été choqués par ces avis. “Les citoyens qui s’en sont plaints signalent qu’il n’y avait ni cause de malpropreté, ni envahissement de végétation, ni délabrement, effondrement ou ruine sur les tombes qui les concernaient. Dans le même temps, des caveaux manifestement délaissés de longue date n’ont pas été frappés par ce type d’avis.”

Luc Dumont (PS), en charge de la propreté et de la gestion du patrimoine public, a annoncé que 334 concessions à Tertre et 246 à Baudour étaient concernées par cet affichage. “Les familles disposent d’un délai d’un an couvrant deux fêtes de la Toussaint pour réagir, ce qui porte l’échéance au 6 novembre 2019. À ce jour, nous n’avons donc mis fin à aucune concession”, a-t-il insisté.

© DR


Interrogé sur les critères pris en compte pour juger du bon entretien ou non des sépultures, l’échevin a dû admettre que certains cas étaient plus particuliers. “Le fossoyeur s’est appuyé sur les textes légaux. Je me suis moi-même rendu dans ces cimetières et je dois bien admettre que je n’ai pas toujours compris au premier coup d’œil : il s’agit parfois d’un joint ou d’une lettre manquante… Peut-être a-t-on été par moments trop pointilleux. Mais chaque tombe visée a bel et bien un problème.”

Et d’ajouter : “Notre objectif n’est certainement pas de détruire des sépultures mais d’attirer l’attention des familles concernées. Certaines ont déjà pris contact avec nos services pour comprendre ce qui faisait défaut et trouver des solutions.” Des arguments qui ont été entendus par le chef de file de l’opposition mais qui n’ont pas réellement convaincu. “Certaines tombes sont fleuries et clairement entretenues. D’autres sont dans un triste état, sont fissurées, envahies par les mauvaises herbes,… L’appréciation sur le terrain est ce qu’elle est mais elle paraît surprenante…”