Mons

C'est la première fois que le PS ouvre sa majorité absolue

Le moment est pour le moins historique : pour la toute première fois, les socialistes ne seront pas seuls au pouvoir à Saint-Ghislain. Ce jeudi soir, ils ont en effet scellé leur union avec le groupe MR&Citoyens de François Roosens, crédité de presque 10% des suffrages le 14 octobre dernier. Ce dernier hérite donc d’un poste d’échevin.

Un pré-accord avait déjà été annoncé. Mais ce n’est qu’à l’issue d’une assemblée générale que celui-ci a été entériné à l’unanimité. « Nous sommes évidemment fiers puisque la campagne et plus généralement la fin de cette mandature n’ont pas été simples pour nous ! Nous étions un peu le petit poucet mais nous avons tenu bons, nous avons proposé des mesures fortes qui tenaient la route », estime François Roosens.

Malgré une petite déception quant aux résultats électoraux, le groupe a décidé de prendre ses responsabilités alors que le PS avait rapidement annoncé son intention d’ouvrir sa majorité. « Les socialistes ont gardé leur majorité absolue mais elle est très courte. Nous ne sommes donc pas là pour faire de la figuration, ils avaient besoin d’un partenaire.» Les compétences du nouvel échevin réformateur seront communiquées ce lundi.

Mais selon nos informations, l’on sait déjà que le groupe décroche la vice-présidence du syndicat d’initiative, avec pour mission de reprendre la promotion de l’artisanat, des produits locaux, des circuits-courts et plus globalement du commerce, et décrochera dès juillet 2019 la présidence du comité d’insertion socio-professionnelle. Au niveau du CPAS, il faudra compter sur l’arrivée de Mélanie Van Assche en tant que conseillère. Cindy Rabaey, conseillère communale sortante, cédera quant à elle sa place à Pascal Laubin pour se consacrer à d'autres fonctions.

De son côté, le bourgmestre réélu Daniel Olivier (PS) rappelle que cette ouverture à un partenaire était nécessaire. « Si nous avions décroché 15 ou 16 sièges, nous ne l’aurions pas ouverte. Ce n’est pas vraiment de gaieté de cœur mais nous espérons que notre collaboration sera fructueuse et que les décisions seront prises collégialement. Les revendications de MR&Citoyens n’étaient pas démesurées et nous avons trouvé dans nos programmes de très nombreux points de convergence, toujours au bénéfice du bien-être des citoyens. »

Et le bourgmestre de revenir sur ce choix des réformateurs. « Nous avons choisi de nous allier avec le groupe qui ne souhaitait pas nous renverser mais simplement casser la majorité absolue. Discuter avec le groupe Osons! nous paraissait difficilement envisageable. » Il est vrai que les ambitions du groupe étaient autres et que sous cette fin de mandature, les tensions entre son chef de file et les socialistes étaient bien réelles.