Mons

Selon le conseiller Pascal Baurain, ceux-ci mettent en danger les usagers faibles

À l’approche des élections communales et faute de conseil programmé, les interpellations des conseillers de l’opposition se multiplient dans la Cité de l’Ourse. Après avoir interpellé le bourgmestre concernant la vague d’incendies volontaires qui touchent l’entité depuis quelques semaines, Pascal Baurain (Osons !) s’attaque aux trottoirs.

Et plus précisément à l’état de ceux de la rue des Bateliers. “Je vous ai déjà interpellé à plusieurs reprises sur ce sujet. Votre échevin nous assure qu’il suit attentivement le dossier. Force est pourtant de constater que les trottoirs communaux de cette rue demeurent purement et simplement impraticables, notamment pour la circulation des poussettes d’enfants ou autres chaises roulantes, les végétations les envahissant complètement, au risque de les détériorer”, explique le conseiller.

Pascal Baurain ne mâche pas ailleurs pas ses mots à l’égard de la majorité. “Outre le fait que vous ne faites manifestement pas appliquer le règlement général de police que vous avez fait voter au conseil communal, tant du côté communal que du côté de l’autoroute gérée par la Région wallonne, il apparaît désormais que cette situation cause un réel problème de sécurité, dont la commune doit pourtant prémunir ses administrés.”

Toujours selon le conseiller, les piétons et autres usagers seraient désormais contraints de quitter le trottoir au profit de la voirie même. “Lorsqu’un véhicule survient derrière eux, ils ne peuvent l’entendre, compte tenu de la circulation de l’autoroute.” À cela s’ajoute également le risque d’être ébloui et donc de ne pas apercevoir l’usager faible. “Les habitants du quartier me rapportent des situations où des accidents n’ont été évités que de justesse. Faudra-t-il attendre un accident ?”, questionne Pascal Baurain, qui espère que des mesures seront rapidement prises pour rendre ces trottoirs à nouveau praticables en toute sécurité.

Ce mardi, l’échevin compétent était indisponible mais l’administration nous a confirmé être attentive à cette situation comme à d’autres. “La demande de Monsieur Baurain est à l’étude. S’il s’avère qu’une intervention est effectivement nécessaire, elle sera inscrite au planning du service technique”, insiste-t-on du côté de la ville.