Mons

L'opposition saint-ghislainoise reproche à la majorité de ne pas avoir aidé cette famille sinistrée

Le 4 mai dernier, Domithilde Langlais et ses quatre enfants perdaient tout dans l'incendie de leur habitation, située à Hautrage, y compris de nombreux animaux. Depuis, la petite famille tente désespérément de trouver une solution. Lors du dernier conseil communal, Pascal Baurain, chef de file du cartel de l'opposition, a abordé en séance publique cette situation difficile.

Ce dernier n'a pas hésité à reprocher à la majorité socialiste et au CPAS leur manque de réaction dans ce dossier. « Cette mère de famille a tenté, à de très nombreuses reprises selon ses dires, de vous rencontrer, monsieur le bourgmestre. Comment expliquer qu'une entité comme Saint-Ghislain, qui compte près de 23.000 habitants et qui est donc susceptible de faire face à des situations d'urgence, ne puisse pas proposer de solution concrète ?! »

Le conseiller s'est également inquiété de la disponibilité des logements d'urgence. « Comment se fait-il qu'ils soient systématiquement occupés alors qu'ils ne peuvent être à disposition des locataires que pour une période de six mois ? Et si la famille devait se tourner vers le CPAS, comment se fait-il que celui-ci se soit contenté de délivrer à cette famille une simple attestation de sans-abri ? Cette attestation devait permettre d'ouvrir un dossier au niveau du logis saint-ghislainois. Mais qu'avez-vous fait depuis que vous avez été informé de cette situation ?»

De son côté, le bourgmestre a insisté sur le fait qu'il n'avait reçu ni visite, ni courrier de la mère de famille. « Lorsque j'ai été averti de cet incendie criminel, le jour même, la situation était déjà sous contrôle et la police me précisait que la dame et ses quatre enfants avaient pu être relogés dans la famille. Si une nouvelle demande des sinistrés intervient un peu plus tard, c'est le CPAS qui prend le relais. »

La Cité de l'Ourse dispose de quatre logements d'urgence, dont un n'est pas occupable pour l'instant. « Si l'hébergement en famille ne peut se prolonger pour une longue durée, c'est au CPAS de se charger de trouver une autre solution plus durable », a encore précisé Daniel Olivier (PS). « L'attestation de sans-abri donne juste droit à des points supplémentaires dans le cadre d'un logement public au sein d'une société d'habitations sociales, pas à une priorité absolue. »

À l'issue du conseil, Domithilde Langlais a pu faire le point avec Patty Cantigneau, présidente du Logis saint-ghislainois. « Il lui manquait un document pour que son dossier son complet. Dès lundi, ce dernier le sera et nous pourrons alors analyser de façon plus concrète sa situation, voir de combien de points elle dispose », annonce la présidente, qui ne peut cependant se prononcer sur d'éventuels délais.