Mons Le spectacle Zombie Kids, créé dans le cadre de Mons 2015, était un one-shot. Mais Saule espère avoir les fonds pour relancer le concept

Il y a des virus dont on aimerait ne jamais pouvoir se débarrasser. Propagé par Saule, Zombie Kids fait partie de ceux-là. C’est en 2015, dans le cadre de Mons, capitale européenne de la Culture, que le projet est né. Grâce à un budget colossal, Saule a imaginé, écrit, composé et mis sur pied un spectacle totalement inédit et original. Un spectacle pour enfants, mais pas que !

"La fondation Mons 2015 m’a contacté parce qu’elle trouvait qu’en tant que Montois, ce serait chouette de faire quelque chose", relate le chanteur. Et c’est finalement en se basant sur son quotidien que Zombie Kids est né. "En voiture, mes enfants sont plutôt pop/rock. Mon épouse a bien tenté à quelques reprises de mettre des chansons pour enfants, mais je trouve ça "cucul" (sic). Elle m’a alors dit que je n’avais qu’à faire quelque chose."

Il n’en fallait pas plus pour que Saule décide de relever le challenge. Grâce au budget accordé par la Fondation, l’artiste imagine un spectacle de haut vol, mêlant musique, écrans, narration,… "On avait les fonds pour, donc on s’est vraiment fait plaisir ! L’histoire est d’ailleurs contée par l’une des voix qui m’a le plus marqué, la voix du doc dans Retour vers le futur. On a vu les choses en grand."

Le projet fait carton plein. L’univers burtonien et la musique à la Gorillaz trouvent son public. La première représentation au Manège de Mons, la seule initialement prévue, est sold-out. La deuxième, programmée dans la foulée, l’est aussi. Même succès en France, où le spectacle est programmé deux fois dans la même journée.

L’engouement est là , mais un problème persiste… Il s’agit d’un one-shot et aucun album n’est prévu. "Nous avons continué nos projets, nous avons sorti notre nouvel album… Mais les gens continuent à nous demander ce qu’il en est pour Zombie Kids. Nous aimerions faire quelque chose, mais nous n’avons plus les mêmes budgets qu’à l’époque…"

C’est finalement via le financement participatif (ulule, zombie-kids) que l’artiste espère trouver la solution. "L’idée, c’est de d’abord sortir un album pour que ceux qui n’ont pu assister aux représentations Mons 2015 puissent découvrir le projet. Et ensuite de remonter le spectacle et de partir en tournée."

À partir de ce lundi , il ne restera que cinq jours pour trouver le budget nécessaire. Quelque 8.397 euros ont déjà été récoltés sur les 11.000 euros convoités. "Nous restons persuadés que c’est possible d’atteindre l’objectif. C’est un beau projet que beaucoup d’enfants et parents méritent de découvrir. Il n’y avait qu’à voir les réactions, les étoiles dans les yeux des gamins en sortant de la représentation. Les parents nous remerciaient d’avoir créé un spectacle durant lequel ils ne regardaient pas leur montre." Plus que jamais, Saule espère faire renaître ses zombies.

Emeline Berlier