Mons La direction hydraulique, qui a pris certaines mesures, reste tout de même vigilante au niveau de l'eau.

Les jours s'enchaînent et se ressemblent : un soleil de plomb, des températures caniculaires et une situation de sécheresse de plus en plus inquiétante. Tant pour les particuliers dont les jardins sont devenus jaune moutarde, que pour les agriculteurs et éleveurs qui manquent cruellement d'eau pour leurs cultures et leurs animaux. Le niveau des cours d'eau commence également à devenir alertant.

Sur le canal Nimy-Blaton, le canal du Centre et le canal historique du Centre, la vigilance est d'ailleurs multipliée. Et pour cause, des péniches qui s'enfoncent à 2,5 mètres sous l'eau naviguent régulièrement à ces endroits. "Entre le niveau de l'eau et le fond du canal du Centre, il y a 4,5m à certains endroits et 3,5m à d'autres", explique Stefano Panarisi, ingénieur de la direction des voies hydrauliques de Mons. "Nous avons donc encore une petite marge entre le fond du canal et l'enfoncement du bateau. Ce qui fait que, même s'il y a une petite baisse d'eau, nous pouvons encore faire naviguer les gros bateaux."

Le niveau de l'eau de nos canaux dépend en réalité en partie de celui de l'Escaut et de la Sambre. "Nous avons ce que l'on appelle un bief (NdlR : secteur compris entre deux grandes écluses) qui comprend la partie entre Ronquières, Strepy-Thieu (au niveau des ascenseurs) et l'écluse de Nimy. Toute l'alimentation en eau vient de l'écluse de Nimy et des écluses en aval. Nous pompons donc dans l'Escaut et dans la Sambre. Dans l'Escaut, tout va bien pour le moment mais dans la Sambre, il y a déjà certaines restrictions."

Si la situation de sécheresse se poursuit encore quelques semaines, la situation pourrait donc dégénérer. "Tôt ou tard, si le temps persiste et que l'on n'a pas de nouvelles chutes d'eau, nous aurons certaines difficultés pour alimenter le bief et pouvoir faire naviguer des bateaux à enfoncement de 2,5m", constate Stefano Panarisi. "Pour l'instant, il n'y a pas donc pas de restriction chez nous mais nous faisons le point régulièrement."

La seule mesure prise pour le moment concerne les écluses. "Nous regroupons un maximum les bateaux. Précédemment, toute l'eau qui était dans l'écluse partait en aval. Regrouper un maximum les bateaux dans les écluses permet d'évacuer le moins possible vers l'aval. Pour le reste, nous n'avons pas encore pris de mesure pour restreindre la navigation, notamment au niveau des enfoncements de bateau."