Mons

Ce sont sept candidats cdH plus déterminés que jamais qui ont été officiellement présentés à la presse ce mardi matin dans le cadre des élections provinciales – district de Boussu – d’octobre prochain. Âgés de 26 à 53 ans (pour une moyenne d’âge de 39 ans), ils ambitionnent de se retrouver dans une majorité afin de bousculer les codes qui régissent actuellement le fonctionnement de la Province de Hainaut.

Selon les candidats, il y aura de quoi faire ! Ils estiment primordial que l’institution politique de la province évolue et soit davantage en phase avec la société d’aujourd’hui. « Tout au long de cette mandature, le cdH a poussé la majorité vers cette évolution. Mais il faut continuer, aller plus vite et surtout, rester conscients que l’on agit dans l’intérêt du citoyen », commente Laurent Drousie, tête de liste.

Après réflexion et analyse du fonctionnement actuel de la Province, le cdH a mis en exergue quelques axes majeurs. À commencer par la nécessité de développer et de valoriser la culture en tant que vecteur de développement. « Nous sommes dans une région riche de son patrimoine, de ses paysages, de sa convivialité,… Cette richesse n’est, aujourd’hui, absolument pas mise en avant par la Province. »

Le développement de la supracommunalité, soit permettre à la province d’être un facilitateur et un relais entre les communes et les différents niveaux de pouvoirs, devrait également être renforcée si les Humanistes décrochent les sièges convoités. « En la matière, la majorité actuelle a totalement loupé le coche. À cela s’ajoute un double discours avec d’une part une soit disant volonté de sauver les provinces, et d’autre part une inaction et un manque de vision claire. »

Les sept candidats sont donc : Laurent Drousie (Saint-Ghislain), Audrey Appencourt (Dour), Lionel Pistone (Colfontaine), Karin Fulco-Russo, Laurent Lombart (Dour), Alison Lecocq (Jurbise) et Johann Pichon (Quévy).