Mons La population est scandalisée par cet acte de vandalisme.

La consternation est grande à Saint-Ghislain. Comme à Ville-Pommerœul ou à Péruwelz, de nombreuses croix en bronze ont été dérobées sur les tombes du cimetière de Sirault. Un acte qui scandalise les proches des défunts. Ils sont d’ailleurs nombreux à s’indigner sur les réseaux sociaux et plusieurs à annoncer leur intention d’aller porter plainte. "Honteux", "crapuleux", "indigne" ou encore "irrespectueux". Ce sont quelques-uns des adjectifs utilisés par la population dimanche soir et lundi matin.

"Tous les cimetières de l’entité sont sécurisés par un grillage et un cadenas, ouvert le matin et fermé en soirée. Mercredi matin, la personne chargée d’aller ouvrir le cadenas a remarqué qu’il avait été cisaillé, confirme Luc Dumont (PS), échevin. Les faits se sont donc produits dans la nuit de mardi à mercredi, entre 17 heures et 9 heures du matin. À première vue, aucun dégât n’était visible et la personne a donc pensé à un acte malheureux d’incivisme."

Ce n’est que vendredi que l’ampleur des faits a été découverte. "Une personne qui se rendait sur la tombe d’un proche a interpellé le fossoyeur : il manquait une croix sur la tombe familiale. C’est en se dirigeant vers le fond du cimetière pour constater ces propos que le fossoyeur s’est rendu compte que toutes les croix de l’allée, ou presque, avaient été volées. Le cas n’était pas isolé."

Au total, une cinquantaine de croix au moins ont disparu. "Un inventaire, tombe par tombe, est en cours d’établissement. Dans la majorité des cas, ce sont les croix en bronze ou en cuivre qui ont été dérobées ou partiellement détruites. Deux tombes, plus anciennes, ont également été dégradées. Les voleurs ont tenté de s’emparer des pierres et des barres de fer qui les entouraient, sans y parvenir…"

Comme la population , l’échevin se dit indigné. "Comment peut-on faire cela et quelle société peut acheter en nombre des croix qui viennent forcément de vol ou de recel ? Qui ne se poserait pas la question de la provenance ? Aujourd’hui, je me demande dans quel monde nous vivons et dans quel monde vivront les générations futures. C’est tout simplement scandaleux et choquant pour les familles. Les cimetières sont des lieux sacrés, personne ne peut y toucher."

Une plainte a été déposée auprès de la zone de police boraine mais toutes les victimes propriétaires des tombes sont invitées à effectuer les démarches et porter plainte personnellement. Les dégâts devront alors être constatés sur place, en présence de la police. Une police qui semble confrontée à une bande puisqu’à Ville-Pommerœul, ce sont une centaine de croix qui ont été volées sur les tombes du cimetière niché derrière l’église. Là aussi, une enquête a été ouverte par la zone de police Péruwelz-Bernissart.

Des caméras pour empêcher cela?

Le choc et la tristesse ont rapidement fait place à la colère dans l’esprit des Saint-Ghislainois concernés par cet acte crapuleux de vandalisme. Sur la toile notamment, de nombreuses victimes réclament des mesures pour que ce genre de choses ne puisse plus arriver. "Nous avons déjà été confrontés à des vols de fleurs mais de croix, je n’en ai pas le souvenir", commente l’échevin Luc Dumont (PS). Ce serait donc une première.

"Le cimetière de Sirault est entouré d’un mur d’environ deux mètres et d’un grillage de même hauteur. Les accès sont cadenassés. Je sais que plusieurs riverains demandent l’installation de caméras de surveillance. Dans un premier temps, ce n’est pas envisagé. Qui pourrait penser qu’il est humainement possible de détruire des choses dans un cimetière ?", s’interroge encore l’élu, particulièrement révolté. "Si l’on doit mettre des caméras pour surveiller les tombes de nos défunts, où va-t-on ?" Si les faits venaient malheureusement à se reproduire, les autorités pourraient toutefois réévaluer la nécessité d’agir en ce sens.