Mons

Didier Mortelette est condamné du vol de 26.000 euros pas de tentative de meurtre

Le truand de la bande Carolo d’Alex Varga, Didier Mortelette s’en est pas trop mal sorti devant le tribunal correctionnel de Mons. Ce lundi, il a écopé d’une peine ferme de neuf ans de prison pour une tentative de vol avec une série de circonstances aggravantes. Il s’agissait du braquage commis le 20 juin 2017 à la société Bouvé située à la rue de Douvrain à Ghlin où Mortelette a tenté de dérober 26.000 euros et tiré cinq fois sur un ouvrier courageux. À en croire les vidéos de caméras de surveillance de la société, ce hold-up minutieusement préparé avait aussi complètement dérapé.

De fait, Mortelette a été interrompu par Freddy, un ouvrier de la société. Ce dernier a été touché par trois des cinq coups de feu tirés par Mortelette avant que celui-ci prenne la poudre d’escampette en laissant tomber son butin. Grièvement blessé, Freddy a souffert d’une incapacité de plus de quatre mois. Ce qui pèse évidemment dans le seuil de peine infligé par la chambre à trois juges.

Pour un vol avec violence, avec arme, à l’aide d’une moto et entraînant une incapacité de plus de quatre mois à la victime, la hauteur de la peine peut atteindre les vingt ans d’emprisonnement. En outre, le ministère public avait requis une tentative de meurtre dans le chef de Mortelette, ce qui pouvait aussi alourdir la peine. Des cinq coups de feu tirés, trois ont atteint Freddy dont une balle qui s’est logée au niveau du thorax. Ce tir était potentiellement mortel. Selon le tribunal, qui s’appuie sur le rapport balistique et des médecins, il n’est pas invraisemblable que ce tir soit involontaire. Les vidéos du braquage ont été visionnées au procès. On voit très clairement les deux hommes se livrer une lutte sans merci. Mortelette a toujours nié l’intention homicide, il a été acquitté de tentative de meurtre.

Un autre acquittement a été prononcé dans ce dossier. C’est celui de David, le co-prévenu de Mortelette. David, ex-employé de ladite société, était accusé d’avoir fomenté le coup et de menaces. Bien qu’absent au prononcé ce lundi, il a nié son présumé rôle de commanditaire. Le tribunal a cru à sa version et l’en a acquitté. Sous bracelet électronique depuis plusieurs mois, il devrait donc retrouver dès aujourd’hui sa complète liberté. Le ministère public (et les parties civiles), convaincu de sa culpabilité en tant que complice, avait réclamé dix ans de prison à son égard en pointant son manque d’empathie pour les victimes, la préméditation et le caractère organisé du braquage.

Un appel des parties civiles et du ministère public n’est pas à exclure. À la défense de Mortelette, Me Bruno semblait quant à lui satisfait du jugement.