Mons

Un conflit sentimental semble être à l'origine de cette querelle


Le ministère public a requis, jeudi, une peine de sept ans de prison ferme devant le tribunal correctionnel de Tournai contre René et Emile Becker, poursuivis pour une tentative d'assassinat qui s'est déroulée à Lessines, le 28 septembre 2017, à 3h35. Cinq tirs de calibre 12 ont touché deux caravanes stationnées le long de la rue Gabrielle Richet, occupées par une autre famille des gens du voyage, les Bogaert. Un conflit sentimental semble être à l'origine de cette querelle.

Dans les heures qui ont précédé les faits, Emile avait eu des échanges téléphoniques houleux avec la famille Bogaert, parce que leur fille avait quitté son frère alors qu'elle était enceinte. Il ressort aussi de l'enquête que, moins de deux heures avant les tirs, Emile cherchait une arme et une voiture pour se rendre à Lessines. Mais il a nié sa présence sur la scène de tirs dans un premier temps.

 Confronté à l'analyse de la téléphonie, qui confirme un aller-retour entre Estinnes et Lessines cette nuit-là, il a avoué s'être rendu là-bas mais uniquement pour se battre avec l'un des fils Bogaert, à mains nues. Néanmoins, les victimes et des témoins l'ont vu tirer vers la caravane. Si des résidus de tirs ont été retrouvés sur ses mains, c'est parce qu'il chasse, a-t-il déclaré.

Quant à son père, il nie être le conducteur de la voiture depuis laquelle les coups de feu ont été tirés. La défense a plaidé l'acquittement des deux hommes. Jugement le 24 mai.