Mons

Difficile de remonter la pente après avoir tout perdu dans un incendie. Marjorie Steziale en sait quelque chose. Le 26 mai dernier, le feu prenait au niveau du premier étage. Les chambres de ses sept enfants, la salle à manger et le salon sont totalement sinistrés. Aujourd’hui, le CPAS peine à trouver une habitation adaptée au ménage.

“Nous étions en pleine ducasse, on m’avait donc demandé de me présenter au CPAS ce mercredi. Lorsque j’ai dit que j’avais sept enfants, on m’a annoncé que ce serait compliqué, qu’aucune maison ne disposait de suffisamment de chambres. J’étais prête à accepter une habitation trois chambres, c’était largement suffisant pour une situation temporaire mais on m’a répondu que pour une question de respect des normes, ce n’était pas possible”, explique la mère de famille.

Depuis, les contacts se multiplient avec le CPAS. “Je sais que tous font leur possible pour m’aider mais je suis à bout de nerfs et dans l’impasse. Jusqu’ici, mes enfants étaient chez des amis ou dans la famille mais ce vendredi, tous reviennent auprès de moi. Ils sont scolarisés dans la Grand-Mons, il n’est donc pas possible de s’éloigner exagérément. Quant à moi, je reprends le travail ce lundi.” Les assurances ont proposé de reloger la famille dans un hôtel montois pour quelques jours mais cette solution est plus que temporaire.

“Nous suivons le dossier de très près, nous sommes en contacts quotidiens avec la famille. Trouver un logement pour une famille nombreuse n’est pas simple mais nous faisons notre maximum. Nous ne laisserons jamais une famille dans le désarroi. Nous n’avons aujourd’hui pas de solution concrète mais nous ne les laissons pas tomber et continuons nos recherches”, insiste-t-on du côté du CPAS de Mons, qui espère trouver une solution durable dans les jours à venir.