Namur-Luxembourg Pour les fêtes de Wallonie, Namur mise sur le marketing positionnel avec Be Wapp

Les Namurois se plaignent de voir leur ville de plus en plus sale. Pourtant, pas moins de 70 personnes travaillent chaque jour au service propreté. La Ville travaille sur plusieurs tableaux afin de diminuer cette saleté. Par l’information avec une série de brochures, de stands d’information et de campagnes. Par la répression à travers les amendes administratives plus nombreuses pénalisant les incivilités.

Et bientôt par le jeu : une ou deux poubelles d’un genre nouveau seront installées dans le centre-ville pendant les fêtes de Wallonie. Leur particularité ? Elles entonneront un refrain du Bia Bouquet lorsque les passants y déposeront un déchet. "Li Bia Bouquet, c’est un incitateur positif", précise l’échevin de la propreté publique Bernard Guillitte. Ou comment attirer les citoyens à adopter des réflexes civiques avec un stimulus positif ou par le jeu. "Avec l’opérateur wallon Be Wapp, on est engagé dans une série d’actions et celle-ci en fait partie. On est sur du marketing positionnel. C’est exactement la même chose que les urinoirs pour homme qui placent une mouche ou une cible à l’attention de leurs utilisateurs. Avec ce procédé, qui permet d’éviter les éclaboussures, la Ville de Schiphol a réussi à diminuer de 60 % son nettoyage des toilettes", explique l’échevin.

À Namur, ces poubelles chantantes ne resteront qu’un maximum d’une semaine, mais devraient faire leur petit effet. Parallèlement, une campagne de pesage des poubelles publiques dans le centre-ville sera menée avec Be Wapp tout prochainement.

Par ailleurs , les Fêtes de Wallonie vont faire un pas de plus vers le zéro déchet en septembre prochain. En plus du quartier des ponts spalaux qui propose déjà des gobelets réutilisables et des toilettes sèches, le village des saveurs sera équipé de poubelles spéciales et le matériel dans lequel seront servis les repas et boissons seront réutilisables ou recyclables. "L’idée est venue l’an dernier. J’ai constaté que certains chalets proposaient des couverts recyclables, mais aucune poubelle ne le permettait. On avance doucement pour qu’’à l’avenir, les fêtes de Wallonie produisent de moins en moins de déchets. Car on a beau avoir le meilleur dispositif qui soit, le meilleur déchet reste celui qui n’est pas généré", rappelle Bernard Guillitte.

Magali Veronesi