Namur-Luxembourg Daniel aime également parler à sa poupée gonflable.

C’est une scène surréaliste à laquelle la patrouille de police a assisté ce soir-là. En face de la gare d’Athus, Daniel (la quarantaine) se trouve dans sa voiture et a un comportement bizarre. Les policiers se rapprochent donc du véhicule et voient notre homme, portant une perruque et être déguisé en mère Noël.

M. Vandamme , du ministère public, raconte la suite. "Pour moi, ce dossier est relativement simple. Quand Daniel a vu les policiers, il a aussitôt enlevé la perruque qu’il portait et il a caché son sexe avec. Il avait aussi avec lui une poupée gonflable. Il était sûrement en train de se masturber. Le plafonnier de la voiture était allumé. Les éventuels badauds pouvaient donc tout voir. En analysant son GSM, des photos à caractère pornographique et quelques-unes pédopornographiques ont été retrouvées."

Le prévenu sera ensuite entendu par les autorités. Aujourd’hui, il travaille et semble avoir trouvé un meilleur équilibre de vie, selon son avocat. Ce dernier le décrit comme étant un homme qui n’a jamais trop su s’y prendre avec la gent féminine. "Les êtres humains sont complexes. Lorsque j’ai discuté avec mon client, je dois avouer que je lui ai trouvé un côté attachant. Mais voilà, Monsieur le juge. Daniel a toujours été rejeté par les femmes. Il ne sait pas bien s’y prendre avec elles. Et lorsqu’il tente de séduire, il s’y prend sans doute mal. Il vit donc seul, avec sa mère. Une vie triste et solitaire. Il a donc trouvé un nouveau type de sexualité. Il se sent mieux lorsqu’il parle à sa poupée", dit Maître Kauten.

Lorsque le juge lui donne une dernière fois la parole. Daniel conclut ainsi : "Cela fait longtemps que ça dure. Personne ne veut comprendre le problème que j’ai avec les femmes." Le parquet requiert une peine de prison de huit mois, ainsi qu’un suivi psychologique dans un centre spécialisé.

Le jugement de cette affaire sera rendu le 13 décembre.