Namur-Luxembourg Les sept Namurois disponibles ont craqué en 2e mi-temps à Oostkamp.

Cela a pas mal remué dans le fond de tableau de D3A ce week-end. Gistel B l’a emporté à Mons-Hainaut B. Anderlecht s’est imposé à Louvain B et Courtrai a battu De Pinte. Pour Loyers, malheureusement, c’est toujours le statu quo. Bien entendu, ce n’est pas à Oostkamp (72-49), l’un des quatre leaders, que les Rouges devaient poser les jalons du redressement, mais ils restent bloqués à un seul succès en treize journées. Ils pointent déjà à trois victoires de l’antépénultième.

"Quand on voit le scénario de la première mi-temps (32-30), on se dit tout de même qu’il y avait un coup à jouer, confie le coach, Laurent François. Les Flandriens n’étaient pas en réussite et on se doutait qu’ils reviendraient avec de meilleures intentions. Mais nous n’avons pas pu réagir. Après avoir encaissé un 23-8 en dix minutes, on a rendu les armes. On n’avait plus les ressources mentales ni physiques pour réagir. Cela symbolise notre premier tour. Hormis dans le derby à Belgrade où nous sommes revenus de -17 à -8, une fois qu’un écart substantiel se crée, la rencontre est terminée."

Les Namurois ont néanmoins des circonstances atténuantes à faire valoir. Il y a une semaine, ils ont perdu Audry Kiraranganya, victime d’une rupture du tendon d’Achille. Ce samedi soir, Seki Kandi était retenu par ses obligations professionnelles. Il n’y avait que sept joueurs sur la feuille de match. Guns a écopé de sa deuxième faute après une… minute cinquante et De Campos en avait trois à la pause. "Nous sommes en quête d’un renfort, explique le directeur sportif, Vincent Nicolay. Cela dit, il faut que le joueur soit libre, apporte une réelle plus-value et soit financièrement dans nos cordes."

Mais il faudra composer avec le matériel humain disponible d’ici à la trêve. Il reste deux rencontres, à Anderlecht et face à Louvain B, des concurrents directs. Mieux vaudrait ne pas avoir la tête encore un peu plus sous l’eau avant une pause de quatre semaines.