Namur-Luxembourg La modification budgétaire votée ce jeudi permet de pousser un cocorico de satisfaction devant l’état des finances

Le budget est toujours un point indigeste lors du conseil communal. Jeudi soir était votée la seconde modification budgétaire pour 2017. Et de faire état de sa satisfaction devant les comptes de la Ville.

"Après un bon budget 2017 et un très bon compte 2016, c’est avec un plaisir non dissimulé que je vais vous présenter les grandes lignes d’une excellente modification budgétaire numéro 2 qui clôturera notre exercice 2017", a annoncé Maxime Prévot qui a récupéré ces matières depuis l’été.

en ce qui concerne l’exercice propre, la modification budgétaire se clôture par un résultat en boni de 870.484 euros tout en intégrant une provision complémentaire de 1.872.595 euros. Ce qui porte le total des réserves de Namur à un montant de 17,7 millions d’euros, soit 2,3 millions d’euros de plus qu’après la première modification budgétaire. Namur ne ponctionne donc pas dans ces réserves, contrairement à ce que l’on peut croire.

"Parmi ces réserves, j’attire l’attention sur l’augmentation de 500.000 euros de la provision constituée au profit du CPAS. Cette provision complémentaire pour aider le CPAS dans les années futures a été rendue possible notamment par la diminution de la dotation à la zone de police en raison de son bon compte 2016 et des réserves constituées", précise Maxime Prévot à qui l’on reprochait de ne pas assez en faire pour les personnes dans la précarité.

Les Namurois seront rassurés de savoir que la fiscalité reste inchangée et que la taxe sur les déchets ménagers, augmentée pour la dernière fois en 2015, ne bougera pas d’un centime en 2018.

"Cette modification budgétaire traduit une situation meilleure que celle envisagée au plan de gestion, qui améliore le résultat de l’exercice propre, qui augmente nos réserves pour l’avenir et qui respecte globalement les objectifs fixés en 2013", conclut fièrement le bourgmestre qui promet maintenir le cap d’un budget rigoureux et de prolonger les efforts pour assainir les finances.