Namur-Luxembourg En un mot comme en cent, c’est non pour l’agrandissement du zoning de Chastrès

La soixantaine de personnes présentes à la réunion d’information ce jeudi soir l’ont bien fait comprendre : ils ne veulent pas de l’agrandissement du zoning de Chastrès ! Ils ne voulaient pas du premier, il est hors de question pour eux que ce projet d’extension voie le jour.

Après l’exposé des représentantes du Bureau économique de la Province, de nombreuses questions ont été lancées par les citoyens. Nombre d’entre eux, pour ne pas dire tous, sont étonnés du manque de publicité, entendez par là d’information, à l’adresse des citoyens. "La loi a été respectée, et nous avons publié un avis dans trois quotidiens et dans un hebdomadaire gratuit", se défend la bourgmestre Poulin.

"N’empêche que, envoyer un courrier le 14 août, en plein pendant les vacances, et ne nous laisser que 7 jours pour adresser nos recommandations écrites, c’est un peu court… On se demande si ce n’est pas fait exprès ? !" Salve d’applaudissements.

"Je vous assure que lorsque j’ai lu le courrier recommandé m’informant d’une procédure d’expropriation et que j’ai vu ma maison coupée en deux, mon épouse et moi n’en avons pas dormi !" clame ce riverain.

La population s’étonne que si peu de monde soit présent ce soir… mais seules les personnes directement concernées par l’extension et/ou l’expropriation ont été avisées. "Il y avait un affichage dans le zoning", explique la bourgmestre. "Mais… personne ne va dans le zoning, vous l’avez fait exprès ! Je ne vois quasi personne de Chastrès ici ce soir, pourtant, ce foutu zoning, ils le verront à longueur de journée !"

Il ne reste donc qu’une semaine, soit avant le 14 septembre à midi, pour que la population adresse ses remarques et observations contre ce projet d’extension. "Si la population est contre ce projet, je la suivrai… mais qu’on ne me reproche pas de ne rien faire pour l’économie de la région", a conclu la bourgmestre.

J.O.