Namur-Luxembourg Une cinquantaine de familles bénéficient de l’épicerie sociale depuis novembre.

La 13 e épicerie sociale de la province du Luxembourg a vu le jour à Marche en novembre dernier. Installée au sein de la plateforme sociale gérée par l’Agence Locale pour l’Emploi (ALE), elle propose des denrées alimentaires et des produits de première nécessité à moitié prix aux familles précarisées de la région.

Ces familles , envoyées par le CPAS, sont une cinquantaine à faire leurs achats sur place. Les produits en rayon sont pour la plupart achetés dans une grande surface des environs, puis revendus à moitié prix. Le solde est à charge de l’ALE et de la Croix Rouge, qui assure la gestion du service.

"Une personne isolée a droit à 20 € d’achats par mois", explique Rita Isaac, l’une des six bénévoles à tenir l’épicerie. Le montant varie en fonction de la composition des familles. Chaque ménage envoyé par le CPAS est répertorié dans une base de données et muni d’une carte permettant de connaître l’état de ses dépenses mensuelles.

"Nous sommes ouverts tous les lundis matin. Par souci de discrétion, nous faisons entrer une personne à la fois. Certaines sont parfois mal à l’aise à l’idée de franchir notre porte. Nous proposons également des produits gratuits, offerts par la grande surface auprès de laquelle nous nous fournissons. Il s’agit bien souvent de produits d’hygiène."

Au même étage, une salle d’accueil permet aux bénéficiaires de partager un moment de convivialité autour d’un café ou d’un biscuit. "Cette épicerie sociale répond aux principes de la Croix Rouge : dignité des bénéficiaires, libre choix, accueil, et non-assistanat. Il ne s’agit pas de colis alimentaires", souligne Daniel Delmée, président du comité provincial de la Croix Rouge.

L’épicerie sociale est le dernier projet en date de la plateforme sociale. Initiée par le bourgmestre et l’actuel échevin Nicolas Grégoire sous la précédente législature, cette plateforme regroupe plusieurs services à vocation sociale au sein d’un même bâtiment, tels que l’entreprise de titres services, la Mission Régionale pour l’Emploi, l’antenne marchoise de l’IFAPME, la maison du diabète ou encore les cours d’insertion du CPAS.