Namur-Luxembourg Jeux, concerts, bourse et dégustations étaient aussi au programme.

Ils ont été plus de 1.750 visiteurs à faire le déplacement, ce dimanche au château de Schaltin, à l’occasion de la deuxième édition du festival "Bièrez-vous ?".

Il faut écrire qu’en plus d’une météo parfaite, l’événement en lui-même avait de quoi susciter un engouement particulier puisqu’étaient proposés : une bourse tégestophile (objets liés au monde de la bière), un marché du terroir organisé en collaboration avec la Maison du Tourisme Condroz-Famenne, des concerts, une initiation à la zythologie (étude de la bière), un repas trois services articulés autour de la bière, des jeux anciens, un tournoi de Mijole, des activités pour enfants et surtout la dégustation de 80 bières locales issues de brasseries ou microbrasseries artisanales.

"L’année dernière, on a accueilli un petit 1.000 personnes sans faire trop de publicité. Pour cette seconde édition, on a voulu mettre le paquet, donner le maximum, pour au moins doubler le chiffre de fréquentation et ainsi assurer la pérennité de l’événement pour les prochaines années. 40 bénévole ont participé à l’événement. Par rapport à 2014, nous avons proposé 20 bières supplémentaires à déguster et nous avons surtout renforcé le côté saveurs et activités. On veut éviter que les gens se disent qu’à une fête de la bière, on ne fait que boire. D’ailleurs, les dégustations se font au galopin de 12 cl pour prolonger la dégustation. A "Bièrez-vous ?" , tout le monde peut y trouver son compte", explique Corentin Hubert, organisateur

Ce dimanche , une démonstration de brassage de bière, assurée par Thibaut Delchevalerie, était aussi au programme. Pour cela, pas besoin de beaucoup de matériel. "Une fois germé et devenu sec, le malt d’orge est moulu, puis placé dans une cuve-matière où il sera chauffé à trois paliers de température différents pour obtenir une soupe. Cette étape s’appelle l’empâtage. Lors de cette dernière, l’amidon se transforme en sucre. On place ensuite le tout dans une cuve de filtration et les drêches qui vont se poser dans le fond, feront office de filtre naturel. Après ce premier filtre, on porte le liquide à ébullition et on y ajoute le houblon qui va donner l’amertume et l’arôme de la bière. Une fois refroidi et placé dans une autre cuve, on y ajoute de la levure. Au bout d’une à deux semaines, on a une bière non pétillante. Lors de la mise en bouteille, on ajoute du sucre pour créer le CO2."

Pour la petite histoire, la bière fabriquée par Thibaut deviendra une IPA (India Pale Ale), amère et épicée.