Namur-Luxembourg Namur est assuré de jouer au moins les barrages.

Séduisant, Namur a confirmé la tendance, ce jeudi soir. Davantage en difficulté en championnat où il a encore dû cravacher le week-end dernier, à Liège, pour l’emporter de justesse (75-76), il hausse son niveau de jeu en Coupe d’Europe.

À tel point qu’il signe un quatre sur quatre inespéré avant cette campagne et qu’il est toujours en lice pour faire partie des huit meilleurs premiers, ce qui lui permettrait tout simplement de ne pas disputer les barrages de décembre.

Et contre des Nantaises fraîchement battues par une D2 en Coupe de France et avec une Skubala ménagée, Namur a réalisé l’entame parfaite.

C’est ainsi la meneuse Ortiz qui a montré la voie en imprimant le tempo et en plantant cinq points très rapidement. La réussite était d’ailleurs avec Namur et avec déjà dix-sept points marqués en moins de cinq minutes (17-11), il a très peu raté. Preuve de sa confiance, il n’abusait pas de shoots extérieurs, qui étaient tous bien amenés.

Mestdagh s’en donnait à cœur joie dans le deuxième quart pour faire grimper le score à 38-22.

En face, Turcinovic était trop seule et tant ses infiltrations fructueuses que ses shoots de loin ne suffisaient pas à réduire le score : 46-32 à la pause.

La reprise s’avérait bien plus délicate et Nantes en profitait pour revenir à 48-42, mais les bombes de Bestagno puis Vesteberg en toute fin de troisième quart rassuraient finalement tout Namur. La seule (toute) petite frayeur était alors passée et Hendrickx jouait à l’expérience pour assurer ce quatrième succès européen de l’année.


Namur Capitale : Williams 18, O’Sullivan 7, Day 8, Ortiz 7 (1x3), Bestagno 3 (1x3), Hendrickx 11, Vesteberg 10 (2x3), Mestdagh 13 (3x3).

Nantes : Raincock-Ekunwe 9 (1x3), Thorburn 9 (3x3), Milandu-Muzembo, Clanet 9 (1x3), Turcinovic 21 (1x3), Desbois, Michaud 9 (1x3), Lenglet 5 (1x3), André.