Namur-Luxembourg Le chantier devait à la base être terminé dans les 100 jours.

À Flavion, les riverains de la rue du Cobut commencent à la trouver saumâtre. Il y a presque un an, des travaux de réfection de voirie ont débuté. On prévoyait une durée d’exécution de 100 jours ouvrables, on est à plus du double ! "Ils avaient tout préparé, les tuyaux au bord de la route le week-end de la marche, ils ont commencé dès que la marche était terminée… La marche, c’est dans 15 jours… Les panneaux mentionnent 100 jours ouvrables… Faites le compte !", nous explique, assez exaspéré, un riverain qui regagne sa voiture stationnée en dehors de l’agglomération.

"Il faut venir ici le soir, des dizaines de voitures sont garées car on ne sait plus stationner devant notre maison, il faut savoir qu’il y a un dénivelé de 60 cm entre la route et l’entrée des maisons", explique cette dame. Une autre semble plus optimiste : "On s’y fait à présent… Le plus dur, c’était quand les voitures et les motos voulaient vraiment passer, ça générait beaucoup de poussière."

Pour la patronne du magasin Le Petit Atelier Fleuri, c’est la catastrophe : "Les clients ne savent même plus arriver jusqu’à mon magasin en voiture… Pour faire court, mon chiffre d’affaires est divisé par 5 voire 10 depuis le début des travaux… et ce n’est pas près de s’arrêter puisque les ouvriers parlent de 6 mois encore !" Un autre riverain explique sa version des faits, sur la lenteur des travaux réalisés : "Il n’y a qu’une poignée d’hommes pour ce chantier de près d’un kilomètre, comment voulez-vous que ça avance ? Un jour c’est Proximus qui fait des trous, les rebouche, puis c’est Ores qui se pointe, creuse et rebouche, comme si on ne savait pas coordonner le tout !"

Certains Flavionnais se disent inquiets du peu d’intérêt que semble porter les élus politiques à leur triste sort : "Nous nous sommes invités prochainement à une réunion de chantier prévue entre l’entreprise Belflamme, Insaep et Ores, mais personne de la commune !"

Les commerçants et riverains ont écrit au Collège. Lors du dernier conseil communal, on a évoqué un courrier, mais rien n’a encore été distribué, et aucune rencontre avec les riverains ne semble être programmée. Les Flavionnais doivent donc se fier aux informations que les ouvriers veulent bien communiquer.