Namur-Luxembourg Les opposants, désappointés, restent déterminés. Ils annoncent de nouvelles actions

Les craintes des opposants à la fermeture de l’agence BNP Paribas Fortis de Gouvy, à la suite de la publication dans la presse de la liste des agences à fermer en 2017, étaient fondées. La petite agence bancaire fermera définitivement ses portes le 7 décembre prochain, date de la fusion avec celle de Vielsalm. Les clients en ont été informés vendredi. L’information nous a été confirmée.

"Lorsque nous avons pris connaissance de cette liste, en novembre 2016, nous avons contacté le responsable des agences des provinces de Liège et de Luxembourg", rappelle le porte-parole des opposants. "Il se voulait rassurant, précisant qu’aucune décision ferme n’avait encore été prise et que cette liste était seulement une piste de réflexion. Les promesses n’ont pas été tenues !"

On se souvient qu’en 2015, une pétition avait recueilli plus de 500 signatures. Une rencontre avec la direction avait abouti au maintien de l’agence à horaire réduit. "Grâce à cette mobilisation, la banque est restée ouverte pendant deux ans, à raison de deux jours par semaine", poursuit le porte-parole. "La fermeture définitive va surtout pénaliser les personnes âgées et les clients qui n’ont pas de voiture. Comment se rendront-ils à Vielsalm, à 15 km de Gouvy ?"

Du côté de BNP Paribas Fortis, la porte-parole, Hilde Junius, précise que la banque "souhaite faire évoluer ses modèles de distribution pour s’ adapter à la transformation rapide des comportements de la clientèle et que cette évolution passe par la fermeture de 30 à 40 agences cette année."

Elle ajoute que "la banque multiplie les investissements dans l’innovation digitale, permettant ainsi au client d’effectuer ses opérations bancaires où, quand et comment il le veut."

Quant à la future destination du bâtiment, propriété de Fortis, elle n’est pas encore connue. Les opposants, qui demandent qu’un point de contact local y soit implanté, annoncent de nouvelles actions.

Nadia Lallemant