Namur-Luxembourg

Le PS s'y et pris trop tard selon la ville qui n'a pas donné son autorisation


Antoine Piret et les présidents des sections PS de Jambes, Cognelée, Namur et Saint-Servais sont dépités: "Dans le souci du respect de la légalité, nous vous annonçons avec grand regret l'annulation de notre Apéro de quartier jambois prévu ce dimanche au Parc d'Amée", annonce le conseiller communal namurois Antoine Piret via les réseaux sociaux.

"La Ville de Namur a décidé de refuser l'organisation de notre Apéro de quartier jambois prévu ce dimanche au Parc d'Amée au motif du caractère tardif de la demande d'autorisation introduite officiellement auprès des autorités. Ce caractère tardif est une réalité que nous ne contestons pas. Nous ne demandons aucun passe droit. Néanmoins, alors qu'aucune demande de soutien spécifique n'a été exprimée de notre part, nous sommes surpris du caractère procédurier de la démarche qui pénalise au final des familles namuroises et des commerçants locaux avec qui nous avions décidé de collaborer", regrette-t-il.

Il souligne que l'événement prévu était gratuit et ne pouvait que bénéficier aux habitants du quartier, quelles que soient leurs convictions politiques. tournoi de pétanque et de mini-foot ouvert à tous, châeau gonflable pour les nefants, concert bénévole d'une jeune Jamboise de 17 ans...

Le bourgmestre Maxime Prévot s'explique de cette décision de l'administration. "Il y a malheureusement, pour tout le monde sans exception, une réglementation à respecter pour éviter que les parcs publics ne tournent à rien. Si tous ceux qui ont l'idée ou l'envie d'organiser un évènement dans les parcs de la Ville s'y invitent sans autorisation quelconque préalable qui précise les balises fixées par le service des espaces verts, alors on aura tres vite des parcs qui ne ressembleront plus à rien et dont nous déplorerons collectivement le mauvais état. En l'occurrence ici la demande étant arrivée cette semaine pour un événement prévu (et déjà annoncé) pour ce dimanche, les divers services concernés (entretien des parcs, police, pompiers,...) ne pouvaient pas le traiter sérieusement. Je ne voudrais pas que la Ville soit une nouvelle fois gratuitement pointée du doigt alors qu'en l'espèce elle ne fait qu'appliquer les réglementations et préventions."