Namur-Luxembourg

Lundi soir lors du conseil communal, une motion pour que la commune devienne une ville a été votée. 

« En 2007, une circulaire envoyée par Monsieur Courard, alors Ministre des Affaires Intérieures et de la Fonction publique, avait déjà suscité une réaction de la commune mais elle n’avait pas été plus loin. Aujourd’hui, il faut savoir qu’Aubange est la troisième place la plus peuplée de la province et que les prévisions futures nous voient devenir deuxième d’ici une vingtaine d’années. Comme l’a rappelé l’échevin Jean-Paul Dondelinger, les critères pour devenir une ville sont désormais plus élargis. Cela dépend notamment : de la population, de la démographie de la commune et de sa dimension socio-économique », notait la bourgmestre Véronique Biordi. Ce titre est purement honorifique/symbolique, mais la majorité espére que ce nouveau statut apportera peut-être quelques subsides supplémentaires dans le futur. Quant à l’opposition, elle souligne qu’Aubange doit d’abord redorer son blason avant de changer de statut. « La demande a été approuvée lors du conseil et sera envoyée au Parlement Wallon. On verra quelle suite celui-ci donnera à ce dossier », concluait-elle.

Athus commence sa mutation

Par ailleurs, un autre point du conseil était la réalisation d’un mur de séparation entre les rues du Terminal et Fernand André avec la rue Cockerill. Un mur de séparation à la « porte d’entrée de l’usine », qui relie Athus au PED, a été construit, en application de la décision du Conseil communal. Seuls les cyclistes et piétons bénéficient d’un passage dit « de mobilité douce ». « Outre à décourager le transit de poids lourds dans le centre-ville, raison pour laquelle il a d’ailleurs été complété par la pause de blocs à hauteur des terrains situés entre les croisement Cockerill-Usines et Cockerill-Floréal en vue d’empêcher le stationnement de semi-remorques, cet aménagement est réalisé dans le cadre du projet de rénovation urbaine. En effet, ce dernier prévoit un quartier construit avec des logements, précisément à l’endroit du nouveau mur. Il s’inscrit donc dans l’avenir d’Athus », précise la commune.