La maison des Seniors mène l’enquête

A.-F. So. Publié le - Mis à jour le

Namur-Luxembourg

Comment bien vieillir ensemble ? Une enquête avant un manifeste

NAMUR Comme elle l’a fait pour les trottoirs (avec succès et résultats à la clé), la maison des Seniors de Namur a décidé de lancer une vaste enquête sur le Bien vieillir, ensemble . Les résultats permettront à l’association de formuler des propositions aux autorités communales et d’élaborer un manifeste qui sera transmis aux différents partis candidats aux prochaines élections.

Le questionnaire porte sur quatre domaines favorisant le bien vieillir, ensemble : la santé, la sécurité, l’habitat et la mobilité. D’emblée, le questionnaire a été distribué aux membres de l’association. Et la cinquantaine de réponses obtenues cristallisent de sérieuses lacunes.

Pour Fernande, de Jambes, le constat est sans appel : “Namur ne s’occupe pas bien de ses vieux !” 58 % des répondants disent renoncer à des soins pour raisons financières. Côté sécurité, “79 % des personnes sondées estiment ne pas se sentir en sécurité partout sur le territoire de Namur”, rapporte Rosetta Flochon, la coordinatrice de l’ASBL. Et 89 % reconnaissent ne pas se rendre à des activités une fois la nuit tombée.

En outre, au volet habitat, 89 % des seniors sondés estiment insuffisant l’offre de logement pour aînés sur Namur (résidences services, maisons de repos- et de soins, habitats groupés…).

La mobilité est un autre point sensible : “Huit seniors sur dix constatent la fâcheuse tendance des cyclistes à emprunter les trottoirs et les passages pour piétons, ce qui met en insécurité les personnes fragilisées. Et cela devient la règle”, déplore la maison des Seniors. “Les cyclistes font vivre aux piétons ce qu’ils endurent de la part des voitures. En favorisant toujours plus le vélo, on déplace le problème. Partager l’espace public entre les différents usagers, oui, mais encore faut-il le faire intelligemment”, plaide la coordinatrice.

Et de conclure : “selon une étu- de de la Fondation Roi Baudouin, une personne âgée sur deux souffre de solitude. Si on n’est pas attentif à tous ces aspects, le problè- me va s’accentuer et la personne âgée restera confinée chez elle”.



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner