Namur-Luxembourg Les parents restent en prison et les résultats de l’autopsie dirigent l’enquête vers un acte volontaire.

Voici presque deux mois que la petite Lauredana, 16 mois, est décédée, noyée dans son bain selon les déclarations de ses parents. L’enquête avance très lentement en raison des versions divergentes et changeantes des parents.

Mais selon le parquet de Namur, "la thèse de l’accident n’est plus très plausible". Autrement dit, la petite fille n’aurait pas "bu la tasse" dans son bain. Elle ne serait pas non plus malencontreusement "tombée dans l’eau depuis sa table à langer" comme en témoignait sa maman, âgée de 21 ans, dans ses premières versions.

Le papa aussi, âgé de 26 ans, ne donnerait pas d’explications précises ou plausibles au décès de Lauredana. En cours de route, il a décidé de changer d’avocat. C’est aujourd’hui Thierry Deleay, par ailleurs bâtonnier du barreau de Dinant, qui a repris sa défense.

Quant à la reconstitution des faits tragiques du dimanche 19 mars vers 21 h 20, qui s’est tenue dans l’appartement du boulevard d’Herbatte où vivait le couple, il y a environ deux semaines, elle n’aurait pas révélé la vérité sur les circonstances du décès.

Selon des sources proches de la famille, plutôt que d’aider les enquêteurs, la maman de la fillette se serait roulée à terre pour attirer l’attention de son ex-compagnon. Après lui avoir écrit une lettre en prison le suppliant de ne pas se laisser influencer par les autres. Certains proches affirment qu’elle tente de maintenir son emprise en employant tantôt la manière douce tantôt les menaces "si jamais il devait sortir de prison avant elle".

Ce climat de mensonge et de flou a tendance à énerver les enquêteurs. Et ont poussé la Chambre du conseil de maintenir les parents en prison pendant un mois supplémentaire. Elle à Lantin, lui à Dinant.

Seule l’autopsie aurait fait avancer le sens de l’enquête. Toujours selon des proches de la famille, elle aurait révélé un traumatisme crânien "sur 10 centimètres" ainsi que de nombreuses ecchymoses sur le corps de la petite fille de 16 mois…