Namur-Luxembourg Assesse va vivre une saison compliquée mais l’important est de remettre le club sur de bons rails.

"Le maintien en P1 n’est pas notre priorité. Si on doit jouer en P2 la saison prochaine, on le fera et ça ne sera pas catastrophique. C’est peut-être dommage de dire ça mais il y a d’autres priorités avant le sportif et on l’assume", commente le président d’Assesse, Thierry Scoyer.

Depuis son arrivée à la tête du club, Thierry Scoyer a pour mission de remettre le club sur de bons rails d’un point de vue administratif. "On doit dire non à tout pour le moment car on est en pleine restructuration. Mais malgré les deux défaites, le début de championnat est positif. L’ambiance, l’osmose et la dynamique autour du club sont encourageantes. Dans le noyau de 18, on joue avec huit jeunes du cru et on a quinze équipes de jeunes."

D’un point de vue sportif, Assesse ne vit pas le meilleur début de saison qu’il soit et la suite sera tout sauf une promenade de santé. "On sait que cela sera compliqué, mais il y aura pour moi deux championnats : la colonne de gauche avec les intouchables et la colonne de droite avec des équipes à notre portée. Commencer par Molignée n’était pas un cadeau. Ce week-end, face à Ligny, on n’est pas passé loin de la victoire et on méritait au moins un point. Mais il n’est pas question que le comité mette la pression sur le staff cette saison même si les résultats ne suivent pas."

Une version confirmée par le nouveau T1, Jean-François Georlette, qui avoue travailler dans les conditions idéales. "On n’a aucune pression. La saison sera évidemment compliquée car c’est une nouvelle équipe avec des jeunes qui ont du potentiel mais peu d’expérience. Mais entre la préparation et le match effectué face à Ligny, il y a déjà eu une fameuse évolution."

Dimanche, Assesse tentera de prendre ses premiers points face au promus Naninne.