Namur-Luxembourg Jean-Luc Manand a déjà été champion dix fois avec huit clubs différents.

Pour retrouver une défaite d’Habay-la-Neuve, il faut remonter au 16 octobre 2016. Depuis lors, l’équipe de Jean-Luc Manand enchaîne les bons résultats et a pu savourer les faux pas du leader, Ethe. À tel point qu’à quelques jours du match au sommet, les deux ténors de la série sont à égalité parfaite. "Nous ne pensions pas qu’ils commettraient des faux pas là où ça leur est arrivé", confie Jean-Luc Manand, le T1 habaysien. "Ce fut une surprise pour nous et c’est une nouvelle preuve qu’il faut vraiment se méfier de tout le monde dans cette série."

Le vainqueur du match de dimanche fera une belle opération dans l’optique du titre. "Celui qui gagnera ne prendra qu’une option", tempère le coach. "Il pourra encore se passer beaucoup de choses après."

Jean-Luc Manand n’a jamais caché ses ambitions, même quand son équipe avait quelques longueurs de retard sur Ethe. "Depuis le début, je dis que je joue le titre et que je serai déçu si nous ne l’obtenons pas."

Il sait de quoi il parle. Jean-Luc Manand a été champion dix fois avec Bertrix, Libramont, Bercheux, Bastogne, Longlier, Neufchâteau, Orgeo et Bièvre. L’engager comme coach, c’est un placement gagnant. Si ce n’est pas pour cette année, on sent clairement que ce sera pour la saison prochaine ou celle d’après. Mais Habay sera champion ! "Ce groupe a une force de caractère impressionnante. À l’entraînement, ce sont des lions. Je dois les canaliser. Attention, il y a aussi des manquements. Tout n’est pas beau à Habay."

Jean-Luc Manand aide les dirigeants à faire grandir le club, à mieux le structurer. "Tout n’est pas simple !"

Samedi dernier, Habay a réalisé une remontée incroyable. Rapidement, l’équipe de Jean-Luc Manand était menée 3-0 sur la pelouse de Libramont, mais a ensuite planté quatre buts et même manqué un penalty. Ce renversement de situation a marqué les esprits dans la série. "Le duel contre Ethe est un autre match. Le PSG aussi avait marqué les esprits contre Barcelone. On a vu le match retour…"