Namur-Luxembourg L’ASBL multiplie les projets dans la région de Marche.

Depuis trois ans, les ateliers de l’ASBL Music Fund occupent des locaux mis à sa disposition par la Ville de Marche. Une collaboration fructueuse qui sera reconduite pour trois années supplémentaires. "Nous venons de signer une nouvelle convention avec la Ville", se réjouit Christian Bertram, coordinateur.

L’association s’apprête d’ailleurs à renforcer sa présence dans la région. "Nous avons récemment fait l’acquisition d’un bâtiment à Jemelle pour installer notre entrepôt d’instruments, qui se trouve actuellement à Anderlecht. Il s’agit d’un bâtiment de 600m² sur trois étages, situé à côté de la gare. L’aménagement devrait commencer début 2016."

L’ASBL multiplie les projets, non seulement envers les pays en voie de développement, auxquels sont destinés les instruments qu’elle répare, mais aussi en Belgique. En été, Music Fund investissait la prison de Marche pour y proposer des stages d’une journée complète à destination des détenus. "Ce projet s’est tellement bien déroulé qu’on a envie d’aller encore plus loin", ajoute Christian Bertram. "Nous souhaitons obtenir un budget pour construire des instruments en prison, dont des ukulélés."

L’association s’implique aussi dans les centres pour réfugiés. "Nous avons récemment prêté des instruments au Centre Croix Rouge de Rendeux, pour permettre à un réfugié musicien de donner cours aux enfants. C’est le genre d’initiative qui nous touche. Nous avons créé une convention de prêt avec la Croix Rouge pour nous assurer que les instruments sont entre de bonnes mains et bien utilisés."

Music Fund fêtait ses dix ans cette année. Au cours de cette décennie, pas moins de 4.000 instruments sont passés entre les mains de l’association. Et l’aventure n’est pas prête de s’arrêter.

"Nous avons obtenu le budget pour faire venir un couple de réparateurs français dans le cadre de notre atelier d’instruments à vent, ouvert début d’année. Nous sommes à une époque charnière. La Ville est contente de nous, nous sommes parvenus à constituer notre réseau… Maintenant, il faut pouvoir pérenniser notre projet. Le terrain est fertile, espérons que ça dure."