Namur-Luxembourg De retour à la compétition après deux ans, Myriam Martin n’a pu décrocher le bronze.

Deux ans, déjà, après sa dernière apparition, à Bruges, Myriam Martin était de retour sur les tatamis, samedi, au National . À 23 ans, la judoka de Jambes avait envie de goûter à nouveau à la compétition. Et elle en est ressortie en… pleurant !

Battue en finale pour le bronze par Alexiane Hubert, Myriam a eu du mal à encaisser, malgré le réconfort d’Anne-Sophie Jura et de Lola Mansour, les seules avec qui elle a gardé un contact assidu. "C’est dur de repartir d’un National sans médaille car, pour autant que je m’en souvienne, j’y ai toujours décroché au moins le bronze. Je crains qu’il ne s’agisse que d’un one-shot . On verra… Je n’ai pas envie de prendre une décision à chaud, surtout après une défaite."

Combinant le judo avec son boulot chez Dreamland, à Jambes, Myriam n’a jamais cessé de s’entraîner. "J’ai, en effet, continué au rythme de trois séances par semaine, mais sans compétition. Mentalement, je n’avais plus envie de me soumettre à un train-train quotidien, d’autant que les résultats ne suivaient pas. Mais, je ne sais pas pourquoi, je me suis repiquée au jeu et, comme mon poids est descendu en flèche, je me suis alignée dans ma catégorie, -57 kg, au Régional , où j’ai terminé troisième. J’ai bien senti que je manquais de jus, mais j’étais qualifiée pour ce National et je m’y suis donc rendue avec l’envie de retrouver mes sensations. Après un premier combat gagné contre Eveline Delbaen, je me suis heurtée à Mina Libeer, récente médaillée de bronze au Mondial juniors. Et je trouve que je me suis bien débrouillée, même si elle a pris le dessus physiquement. En finale pour le bronze, le combat fut indécis et disputé jusqu’en prolongation où, je l’avoue, j’ai tenté le tout pour le tout. Mal m’en a pris ! Elle m’a contrée et j’ai perdu…"

Frappant du poing sur le tatami, Myriam Martin a manifesté sa colère contre elle-même avant de filer, en pleurs, vers la salle d’échauffement où elle fut rejointe par Anne-So et Lola. "Elles m’ont remonté le moral et aidée à relativiser."

Quelques minutes plus tard, on retrouvait Myriam en bord de tatami, encourageant ses copines engagées en finale, Jura en -48 kg face à Lois Petit et Mansour en -70 kg contre Gabriella Willems. L’amitié, c’est sacré !