Namur-Luxembourg Bras de fer entre Mobistar et Namur concernant un projet de nouvelles antennes relais à Belgrade.

Séance animée jeudi soir au conseil communal de Namur. Lequel a démarré avec la prestation de serment dans les rangs du CDH. Auparavant conseillère au CPAS de Namur, Véronique Delvaux remplace au conseil la regrettée Nathalie Sonveaux.

L’assemblée a été marquée par les échanges musclés et ironiques voire méprisants entre Éliane Tillieux (PS) et Arnaud Gavroy (Ecolo) quant au dossier du futur zoning de Bouge (nos éditions de vendredi). A tel point que Maxime Prévot a dû taper sur la table pour rétablir l’ordre. Et l’on a vu un fait rare : Anne Barzin perdre son sang-froid et hausser le ton devant le jeune Frédéric Seumois (lire encadré).

La question de l’opposition PS (Antoine Piret) sur l’accroissement du nombre d’antennes et de la puissance de rayonnement d’une station relais gsm a permis de mettre en lumière l’attitude prudente de Namur en la matière. Elle a d’ailleurs refusé a construction d’antennes relais à deux reprises l’an dernier, à Saint Servais et à Bouge.

"Malgré un premier refus de la Wallonie et de la Ville de Namur, Mobistar réitère sa demande d’augmenter le nombre d’antennes et la puissance de rayonnement de la station relais GSM à Belgrade (quartier Taille aux Oruints). Les riverains sont extrêmement inquiets car ils subissent déjà des nuisances sonores importantes au niveau des antennes (par grand vent) et des refroidisseurs (lors de fortes chaleurs)", s’inquiète Antoine Piret.

Stéphanie Scailquin a ainsi eu l’occasion d’expliquer que, s’agissant de travaux d’utilité publique, le permis n’est pas octroyé par la Ville de Namur, mais par la région wallonne sur avis de la ville. Le 5/2/16, la région a suivi l’avis négatif de Namur et a refusé le permis.

Devant une nouvelle demande de permis par Mobistar, la ville a émis à nouveau un avis négatif, reposant sur "le principe de précaution en l’absence de certitude scientifique sur le danger que constituent les ondes électromagnétiques des antennes gsm pour la santé", explique l’échevine de l’urbanisme. Ce qui n’a, cette fois, pas empêché la région d’accorder le permis à Mobistar il y a un mois !

Forte de ses convictions de ne pas risquer la santé de ses administrés, Namur a introduit un recours ce début de semaine auprès du gouvernement wallon, arguant le principe de précaution et des raisons esthétiques pour empêcher l’accroissement de ce type d’équipement à Belgrade.