Namur-Luxembourg Il n'y a jamais eu autant de monde lors du rendez-vous mensuel de la démocratie locale

Il n'y avait plus un siège de libre ce jeudi soir au démarrage du conseil communal de Namur. Environ 200 personnes figurent parmi les spectateurs de ce rendez-vous de rentrée qui a vu le bourgmestre Maxime Prévot présider l'assemblée en qualité de bourgmestre de plein exercice, Anne Barzin redevenir première échevine et Cécile Crèvecoeur conseillère communale.

© Veronesi


Il faut dire que pas moins de 3 interpellations citoyennes étaient à l'ordre du jour. "Ce n'est pas inhabituel d'avoir une interpellation citoyenne, mais trois le même soir, c'est extrêmement rare et c'est même le maximum autorisé", note Maxime Prévot tandis qu'Eliane Tillieux, chef de groupe du groupe PS dans l'opposition, saluait cette présence citoyenne nombreuse et cet intérêts pour les débats.

© Veronesi


La première interpellation citoyenne est celle d'un habitué du genre, Richard Dessart, concerne La Maison des Parlementaires et l'Eglise St-Symphorien à laquelle répondent l'échevine de l'urbanisme et l'échevin des Bâtiments.

© Veronesi


La deuxième interpellation citoyenne est sans doute la plus suivie dans le public, largement mobilité autour du règlement anti-mendicité en vigueur. Anne Fournier, membre du collectif Mendiant d'humanité, fera une demande d'abrogation du règlement relatif aux pôles urbains dit règlement anti-mendicité:

© Veronesi

© Veronesi

© Veronesi

© Veronesi


La troisième interpellation  concerne la mise en place éventuelle de panneaux signalant que Namur s'oppose aux traités de libre-échange déjà négociés ou en cours de négociation.

© Veronesi


Ces trois points (15 minutes par personne + 10 minutes de réponse + 2 minutes de réplique) ainsi que les 5 points complémentaires déposés par l'opposition promettent une très longue soirée à l'hôtel de ville de Namur...