Namur-Luxembourg

Ce week-end, deux chalets du bois de Marly sont partis en fumée

ANHÉE En l'espace de 48 heures, deux chalets ont brûlé à Annevoie, dans le bois de Marly. La coïncidence est troublante mais l'origine criminelle n'est pas encore avérée. Samedi peu avant 19 h, les pompiers d'Yvoir étaient alertés pour un incendie de chalet dans le bois de Marly, situé entre Arbre et Annevoie.

Le domaine, qui compte environ 60 chalets, est occupé pour moitié par des habitants permanents et ne bénéficie ni de l'électricité ni de l'eau courante.

Au moment de l'arrivée des pompiers, le chalet en bois de l'allée des Pinsons était dévoré par les flammes. Le sinistre a été total. Le chalet, isolé, était une résidence de week-end d'un couple bruxellois.

La zone de police Haute-Meuse a immédiatement ouvert une enquête, le parquet a pour sa part déféré sur place un expert judiciaire chargé de cerner les causes de ce sinistre.

Coup de théâtre , dimanche peu après 19 h 30, un nouvel incendie était signalé dans l'avenue Cent Soucis. Alors qu'un couple venait de quitter son habitation, celle-ci était rapidement ravagée par les flammes.

Les pompiers d'Yvoir se rendaient donc de nouveau sur le site du bois de Marly. Au final, les dégâts sont limités mais la pièce de séjour a subi d'importants dommages.

La zone de police Haute-Meuse s'est de nouveau rendue sur place pour procéder aux premières constatations d'usage.

"Un expert, le même que celui qui s'était rendu sur l'incendie de l'allée des Pinsons samedi, est descendu ce lundi après-midi à l'allée Cent Soucis", indiquait le substitut du procureur du Roi, Charlotte Fosseur. "À ce stade de l'enquête, aucun élément ne nous permet d'affirmer que l'origine de ces incendies est criminelle."

Les événements de ce week-end rappellent les tristement célèbres incendies criminels qui ont eu lieu au camping du lac, à Bambois : une vingtaine d'habitations y ont brûlé en moins d'un an.



© La Dernière Heure 2008