Namur-Luxembourg On lui a tiré des plombs dans les yeux et la colonne mais elle a survécu. Un appel à la solidarité est lancé pour les frais vétérinaires.

© Veronesi

Princesse est une petite chatte espiègle de deux ans et demi. Un soir, elle n’est pas rentrée. Trois jours après, ses maîtresses l’ont retrouvée dans un état qui serre le cœur. "Ses yeux étaient crevés, mais elle avait réussi à se traîner jusqu’à la maison. Sur la radio, on a vu qu’elle avait reçu trois plombs dans la tête et un le long de la colonne vertébrale, à la base de la queue", explique Géraldine, d’Aublain, entre Couvin et Chimay.

© Veronesi

Selon la vétérinaire, il est impossible d’avoir réussi à viser de manière aussi précise et répétée sans avoir emprisonné Princesse d’abord. Et les cibles ont été choisies pour la mutiler sans la tuer.

© Veronesi

"Je me dis qu’une personne aussi tordue, si elle est capable de faire ça à des animaux, pourrait aussi bien prendre des humains pour cible", lâche Géraldine qui ne laisse plus sortir ses deux chiens et chatons dans le jardin.

© Veronesi

Aujourd’hui, Princesse est convalescente. Elle a été soignée d’urgence, puis opérée. "On lui a enlevé le plomb en bas du dos et les deux yeux mais il en reste un dans la cloison nasale. On va sans doute devoir l’y laisser car c’est délicat à opérer."

© Veronesi

La chatte est donc aveugle, mais commence à bien se débrouiller dans la maison: elle monte les escaliers et les decsnds prudemment. Et son appétit est intact. Les amies de Géraldine, conscientes de la lourde facture vétérinaire pour cette famille monoparentale avec trois enfants, a lancé un groupe Facebook intitulé La Nouvelle vie de Princesse où l’on peut voir des photos et vidéos du chat, ainsi qu’un appel à la solidarité pour des frais qui dépassent 600 euros et qui ne sont pas terminés. "Je dois aller vérifier les fils de suture aux yeux et refaire une radio pour voir si le plomb dans la tête a bougé ou non : Princesse saigne encore souvent du nez", explique Géraldine.

© Veronesi

Un compte a été créé pour soutenir les soins à Princesse. Pour l’instant, 100 euros ont été récoltés. Même les petits dons de 1 euro sont bienvenus au BE38 0018 1902 8872.

© Veronesi

© Veronesi