Namur-Luxembourg La ville pourrait engager un nouvel agent constatateur

À Arlon, comme ailleurs dans le royaume, on a fait le nettoyage de printemps la semaine dernière. Le citoyen semble avoir compris le message des autorités et on voit de moins en moins d’incivilités dans le chef-lieu. Même si tout n’est pas encore parfait…

" On voit quand même une amélioration. L’an dernier, 425 procès-verbaux furent dressés. 72 transactions à 150 euros ont été rédigées et 259 avertissements donnés pour ceux qui ne respectent pas l’espace public. Soit 756 interventions avec identification du pollueur ", confie André Perpète, échevin de l’Environnement. Pour lutter contre ces incivilités environnementales, un nouvel agent constatateur (NdlR : le deuxième de la commune) a été formé et a pris ses quartiers fin janvier. Et un troisième sera peut-être encore formé cette année. " C’est en effet possible et envisageable. Il y a du boulot pour trois personnes. Nous aimerions aussi que cet agent puisse travailler en horaires décalés et le week-end, histoire de pouvoir contrôler et sensibiliser la population toute la semaine. Pas seulement pendant les heures de bureau ", poursuit-il.

L’an dernier, la ville a obtenu le prix symbolique de ville la plus fleurie de la province et a terminé à la seconde place du prix de la ville la plus propre. Pour poursuivre sur cette voie, le centre-ville sera pourvu de cendriers dans le sol. La commune collaborera également avec certains établissements de l’Horeca. "On souhaite mettre des cendriers sur les façades ou devant les établissements. C’est encore à voir. On sait que ce genre d’endroit attire les fumeurs qui laissent encore trop souvent leur mégot par terre. Ces incivilités doivent cesser. Ensemble, nous lutterons pour que la ville soit propre. "

Le coût des incivilités est difficile à chiffrer : balayeuses, chauffeurs, prix du traitement… font en effet partie de différents budgets communaux. " Il faut rappeler que chaque citoyen paye finalement la facture. J’espère qu’ils sont tous conscients et sensibilisés ", conclut-il.

L.T.