Namur-Luxembourg Le pilote gesvois s’est hissé en demi-finale du rallycross et s’est vu proposer un projet intéressant.

Le pilote de rallye Florent Hontoir a réalisé un rêve ce week-end en disputant le rallycross de Mettet aux côtés des plus grands. Le Gesvois de 28 ans s’est hissé jusqu’en demi-finale de la manche annexe du Championnat d’Europe de Touring Car au volant de sa Skoka Fabia RS, marquant au passage ses huit premiers points. Un résultat d’autant plus satisfaisant que sa voiture n’a jamais fonctionné parfaitement durant ce week-end. "J’ai réussi de très bons départs en mars dernier, ici à Mettet, dans le cadre du Championnat de Belgique et le 1er mai lors du sprint Titanic, mais, ici, je n’ai pas pu réussir un seul bon départ. Dimanche matin, le moteur donnait l’impression d’être vidé… C’est dommage car dans la terre, je revenais sur tout le monde. Mais à la relance, je me faisais bouffer." Et ce, malgré le travail des mécaniciens qui ont sorti le moteur et changé l’embrayage dans la nuit de samedi à dimanche entre 21h et 4h.

Quelque peu trahi par la mécanique, Florent Hontoir s’est résolu à rouler de manière intelligente. Le pilote a finalement réussi à se qualifier pour les demi-finales au terme de quatre manches qualificatives. C’était son objectif, et il l’a atteint. Le pilote de 28 ans s’est finalement classé 5e des demi-finales, 9e de sa manche. "Je devais normalement disputer trois des cinq manches du Championnat d’Europe (Belgique, Angleterre et Allemagne), mais j’ai eu une proposition intéressante dimanche soir, toujours en Touring Car. Ma décision est prise à 80 %, il faut encore négocier quelques petites choses avec les partenaires. Je n’irai donc pas en Angleterre. Je préfère garder mon argent pour ce nouveau projet."

Florent Hontoir a pleinement profité de ce week-end à domicile pour se montrer, mais il s’en est fallu de peu. À l’étranger durant la semaine, il a bien failli ne pas pouvoir regagner la Belgique dans les temps. "J’étais à Gran Canaria. Mon vol retour a été annulé. Finalement, j’ai trouvé une solution en allant jusqu’à Londres et en prenant l’Eurostar. Je suis arrivé à 12h15 à Mettet. Il manquait deux pilotes au briefing : moi et… Ken Block ! Heureusement, mon père a pu signer pour moi."