Namur-Luxembourg L’annonce a fait grand bruit au récent conseil communal. De quoi booster le musée de Salmchâteau ?

Une carrière de coticule devrait à nouveau être exploitée dans la commune de Vielsalm. Cette annonce, pour le moins surprenante, a suscité l’enthousiasme au récent conseil communal.

En effet, si en 1900 on dénombrait une cinquantaine de carrières de pierre à aiguiser dans la région, aujourd’hui, il n’en subsiste plus qu’une en activité à Petit-Sart dans la commune de Lierneux, côté province de Liège. "Une société a marqué de l’intérêt pour l’achat de deux parcelles communales à Regné", a expliqué le bourgmestre Elie Deblire (CDH). "Je vous propose d’approuver le principe de la vente par soumission, la soustraction au régime forestier et l’ajout d’une condition, à savoir la présentation d’un projet d’entreprise dans lequel la société s’engage à exploiter à nouveau la pierre à aiguiser à cet endroit."

Pour le conseiller Ecolo François Rion, la réouverture d’une carrière de coticule est "une excellente nouvelle" même si le choix de la vente par soumission le surprend. Il a interpellé le bourgmestre a propos de la dimension touristique du projet. "J’ai pris contact avec l’acquéreur", a répondu Elie Deblire. "Il est d’accord d’organiser des visites touristiques pour autant que l’on puisse déroger au plan de secteur. Un bâtiment pourrait accueillir des touristes."

Quant au lien avec le musée du coticule, installé à Salmchâteau dans un ancien atelier construit en 1922, il est, selon le bourgmestre, évident, dans le sens où la remise en service de cette carrière permettrait de le booster. Propriété communale, ce musée, géré par l’ASBL Val du Glain, Terre de Salm donne un aperçu de la géologie exceptionnelle de la région. Équipé de machines en ordre de marche, il montre toutes les étapes du façonnage de la pierre à rasoir. "Nous n’avons toujours pas le feu vert du pouvoir subsidiant pour rénover ce musée et le rendre plus attractif", a conclu le bourgmestre. Au vote, unanimité.

Nadia Lallemant