Namur-Luxembourg La Ville se positionnera après l’obtention de l’avis du fonctionnaire technique, attendu pour le 3 juillet.

Une enquête publique relative à la création d’un poulailler bio de 9.600 poules entre Belvaux et Ave et Auffe s’est clôturée hier. "Elle a suscité pas mal de réactions", précise d’emblée la bourgmestre faisant fonction Corine Mullens, évoquant une pétition de plusieurs dizaines de signatures et plusieurs lettres personnelles.

"L’enquête publique concernait donc une demande de permis unique introduite le 25 avril par le promoteur du projet, dont la famille est connue dans la région pour une exploitation plus traditionnelle. Le fonctionnaire technique de la Région wallonne a 70 jours pour nous transmettre un avis après consultation de huit départements différents. Nous nous positionnerons donc après réception de celui-ci, attendu pour le 3 juillet."

Parmi les personnes qui se sont manifestées dans le cadre de l’enquête publique, on retrouve Patrick Davreux, un habitant de Belvaux. Même s’il n’est pas directement concerné par les éventuelles nuisances, il se dit interpellé par l’aspect sociétal de la polémique. "On voit que Rochefort est dirigé par une majorité MR, peu regardante à ce genre de considérations. Vu l’importance de l’élevage, ce poulailler n’aura de bio que le nom. Au-delà des nuisances que subiront les riverains immédiats de ce poulailler, et dont je ne fais pas partie, je ne comprends pas comment il est possible que nos élus locaux puissent donner une suite favorable à ce type de projet qui aura un impact négatif indéniable sur une des ressources les plus importantes de notre belle région : le tourisme."

Et de poursuivre : "L’activité touristique s’en trouvera directement impactée, et cela pour privilégier un intérêt strictement privé ! J’attends du politique de défendre l’intérêt du bien commun. Que ce soit d’un point de vue économique (impact négatif sur le secteur touristique), environnemental et paysager, les conséquences de l’implantation d’un tel poulailler seraient désastreuses."