Namur-Luxembourg Premier rendez-vous: la Fête de la musique puis le Verdur Rock avant Esperanzah!

La Fête de la musique à Namur, c’est 40 concerts gratuits pour tous les goûts. Beaucoup d’artistes namurois sont à l’affiche, parmi lesquels Thomas Juquelier, alias Tom White Shoes, un jeune auteur-compositeur- interprète à découvrir, en solo ou accompagné. Du genre à chanter avec sa seule guitare Bienvenue dans la vraie vie, celle où on "rencontre Francine dans les rayons du Brico", où "ton compte en banque est maudit et personne ne le remplit"

Interview de celui qui clôturera l’événeent le dimanche à 19 h à la Maison de la Poésie.

Depuis quand faites-vous de la musique ?

"Depuis l’âge de 19 ans, c’est-à-dire voici 12 ans. Mon parcours est celui d’un autodidacte, pas d’académie de musique, mais j’ai très vite fait partie de groupes comme batteur. Avec l’un d’eux, on ne trouvait pas de chanteur, alors on a essayé avec moi. J’ai plusieurs formules, qui seront proposées pendant la Fête de la musique. Avec Tom White Shoes, je suis seul sur scène. Pour d’autres concerts, je suis avec d’autres musiciens, en trio ou en quartet. Ils sont excellents, sont tous, contrairement à moi, passés par le conservatoire et viennent du jazz. L’un est prof à la rock’s cool, un autre joue avec Quentin Dujardin."

Quel est votre univers musical ?

"À la base, j’écoutais plutôt du rock classique, du Led Zeppelin et ce genre de choses. Par la suite, mes études en philologie romane à l’UCL m’ont rendu plus sensible à la langue française, j’ai eu envie de mettre du sens dans mes chansons. Un groupe comme Tryo par exemple, m’intéresse pour son message. J’ai envie de lier les sonorités anglo-saxonnes, comme celles des Beatles, à des textes en français. Mais je peux être influencé par d’autres musiques, par exemple le jazz manouche. Je fais de la chanson française d’inspiration libre."

Vous vivez à Namur, c’est une ville inspirante ?

"Ce que j’aime à Namur, c’est l’alliance de la ville et de la nature avec la Citadelle, les bords de Sambre. C’est peut-être prétentieux, mais je crois que ce contact avec la nature amène une sincérité. En tout cas, j’essaye d’être vrai dans ma musique."